Forum test d'Emi-chan
 
HomeFAQSearchMemberlistUsergroupsRegisterLog in

Share | 
 

 Les points of view~

View previous topic View next topic Go down 
Go to page : 1, 2  Next
AuthorMessage
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Les points of view~    26/12/11, 10:10 pm

Des fois, l'envie me prend d'écrire des POV ... alors j'ai décidé d'ouvrir un recueil avec tous les POV compilés ! :P

~~~

#1


Personnage objet du POV : Echizen Ryôma, Prince of Tennis
Source d'inspiration : l'OST du film de PoT

Et voilà qu'il s'était encore inscrusté dans ma vie. Non, dans notre vie. Celle de nee-chan et de moi. Je ne vois vraiment pas pourquoi il s'obstine comme ça ... nee-chan est à moi, je ne la laisserai à personne. Et surtout pas à lui !! Parce que oui, la haine que je lui porte depuis tout petit est réelle. Bien réelle. Il débarque comme ça, prétend être notre frère, et croit vraiment que ça suffira ? Eh bien, pas pour moi. Nee-chan me suffit. Elle est tout pour moi. Je ne lui laisserai pas me prendre ce qui m'est le plus précieux. Papa lui a enseigné son tennis, mais moi, je n'en ai pas besoin : Je ne suis pas comme lui. Vous vous demandez sûrement pourquoi je ne lui porte aucune affection ... eh bien, déjà, je ne le considère pas comme mon frère. Ce n'est qu'un étranger que papa a adopté dans un orphelinat, qu'il a ramené à la maison, et il croit vraiment que je vais lui laisser ne serait-ce qu'une place dans la relation fusionelle que j'ai avec ma soeur ? Le pire dans tout ça, c'est qu'il me ressemble : Cette vermine me ressemble.

"Tu as l'air tout pâle, t'es sûr que ça va, chibisuke ?"

Ne me parle pas.

"Héhooo !! Je te parle !! Tu vas bien ?!"

Je t'interdis de faire ça. Ne me touche pas, ne me parle pas, tu n'es qu'un étranger pour moi. Tu ne représentes rien.

"Avec Yoshiko, on va sortir un peu. Tu veux venir avec nous ?
- ....
- Onii-chan, pas la peine d'insister, tu vois bien qu'il n'a pas l'air bien !"

Ne me la pique pas. Ne me prends pas ma soeur, celle qui représente mon monde. Oui, ma haine envers toi est inébranlable. Je te déteste, je te hais .... Echizen Ryôga.

(P.S : Je n'étais pas énervée du tout lors de l'écriture !! x) C'est juste que la musique m'a inspirée XDD)
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    26/12/11, 10:11 pm

#2


Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko (OC)
Source d'inspiration : Love like this - SS501 & le rêve étrange que j'ai fait une nuit XD

Une porte, deux portes, trois portes. Quand est-ce que ce couloir va t-il prendre fin ? Je l'ignore. Je suis là, étendue par terre, j'halete. Quelque chose ne va pas. Mais quoi ? Je panique. Quand je me léve enfin, je ressens comme un horrible mal de tête. Mon coeur se serre et me fait mal, je souffre. Je parviens quand même à marcher jusque l'une des nombreuses portes de ce couloir sans fin. Quand j'ouvre l'une d'elles, de la lumière m'éblouit et quand celle-ci s'estompe, je me retrouve face à face avec deux jeunes enfants, un garçon et une fille. Le garçon donne un bracelet à la fille qui semble gênée et toute rouge. Je me dirige vers une autre porte qui se trouve dans la même piéce. Je l'ouvre, et je me retrouve face aux même enfants de tout à l'heure, mais ils ont l'air plus grands .... la jeune fille semble triste et le garçon indifférent. Il y a une autre porte, donc je me dirige vers celle-ci ... en l'ouvrant, encore les même enfants ! Enfin adolescents ... le garçon ressemble de plus en plus à quelqu'un que je connais bien ... et la jeune fille ... ressemble aussi à quelqu'un que je connais. Ils sont tous les deux, dos à dos, ne se regardent pas, mais se tiennent la main. C'est d'une bizarrerie pas possible ! Je me dirige enfin vers une autre porte (j'espère que c'est la dernière ! Moi, tout ce que je veux, c'est sortir de ce lieu le plus vite possible !). En l'ouvrant, rien. Une fenêtre ouverte avec des rideaux blancs, une grande pièce vaste et vide. Désespérément vide. C'est alors que quelqu'un arrive derrière moi et me prend la main. Je me retourne et voit mon petit ami, l'amour de ma vie, Eiji. Il me sourit sans me dire un mot, et m'entraîne dehors. Puis, enfin l'air frais ! Mais .... le grand jeune homme de tout à l'heure est devant moi, l'air triste. Il me sourit trsitement, se retourne et s'en va. J'essaie de courir vers lui mais ma main est bien serrée par Eiji. Il ne veut pas me lâcher. C'est alors que les scénes que j'ai vu aupravant défilent dans ma tête. Le moment où Kunimitsu m'a donné le bracelet, celui où il m'a rendu triste, et surtout le moment où pour la première fois, nous nous sommes tenus par la main. La grande piéce vide représentait quant à elle le moment où j'ai abandonné mon amour pour lui, au profit de l'amour que je porte maintenant à Eiji. Quand je reviens à moi, c'est trop tard. Le jeune homme est parti. Kunimitsu ne reviendra plus. J'hésite entre lâcher la main d'Eiji ou de courir après lui. Le choix est trop difficile pour moi ... mais ... ce n'est qu'un rêve. Je me réveille, et les choses peuvent reprendre leur cours normal ...
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    26/12/11, 10:12 pm

#3


Personnage objet du POV : Fujikaze Kumiko (OC)
Source d'inspiration : Rain drop Street - Kelun & Deep French kiss (doujin de la perfect *q*)

Me voilà enfin dans la chambre de Yoshi' ! Ca faisait longtemps ... Je balade mes yeux un peu partout ... son lit est toujours bien soigné, il n'y a pas une miette sur le sol, son bureau est toujours parfaitement rangé, et son uniforme est soigneusement plié à côté de son sac de tennis et de son sac de cours. Quelque chose attire mon attention ... une feuille, pliée en deux, rangée sur le bureau. Elle dépassait du tas de feuille ... alors, rongée par ma curiosité légendaire, je ne peux pas m'en empêcher, tant pis si Yoshi' me dispute après, je suis sa meilleure amie et normalement, elle doit tout me dire ! Je déplie la feuille, et constate une écriture d'enfant, un peu tremblante. Un petit paragraphe, tout au plus. Je me mets à lire ...

"La première fois que je l'ai vu, j'ai ressenti un sentiment que je n'arrivais pas à identifier. Mon coeur se serrait douleureusement dans ma poitrine, et me faisait mal, je sentais mes joues devenir rouges, mais j'étais heureuse. Heureuse rien que de le voir, le voir rien que lui, sur un court de tennis, jouer de toutes ses forces contre un adversaire. Et à la fin, son senpai le félicite, mais il n'affiche pas son euphorie. Pourquoi donc ? De toute façon, je ne le saurais jamais, il ne me parle pas, et ne sait pas que j'existe ..."

Tiens, une trace d'effaceur ? Yoshi' parlait de qui au juste ? Si elle a écrit ça en première année, ça ne peut pas parler d'Eiji, elle le haissait ... La seule personne possible est ... Kunimitsu ?
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    26/12/11, 10:13 pm

#4


Personnage objet du POV : Tezuka Kunimitsu, Prince of Tennis
Source d'inspiration : Everytime we touch - Cascada

Tes cheveux sont si doux ... tu es si mignonne quand tu rêves, endormie sur ma veste de capitaine de Seigaku, et surtout, sur mon lit qui devient en l'espace de quelques instants, le tien ... je veux t'observer encore quelques temps, je veux te faire mienne ... Pourquoi est-ce que tu ne m'a pas choisi ? Pourquoi Kikumaru et pas moi ? Tant de questions que je me pose mais auxquelles je n'aurai sans doute jamais de réponse ... Tu es MA meilleure amie. Mais pourtant, pourquoi mes sentiments envers toi sont si confus ? Je te considérais jusqu'à présent comme une rivale, comme ma fille, ou comme ma petite soeur, ma protégée tout en somme ... mais pas comme ma meilleure amie. Ce n'est que récemment que j'ai réalisé que je pouvais, ne serait-ce qu'un peu, ressentir ce genre de choses envers toi ... mais c'est différent maintenant. J'ai envie de te faire mienne, que tu sois juste à moi, et pas à un certain membre du même club que moi. Ressentir ce genre de sentiments envers toi, ne serait-ce pas comme une trahison ? Moi qui ait promis de te protéger envers et contre tout, moi qui ai été ton soutien depuis si longtemps ... ça ne m'est pas permis, n'est-ce pas, Yoshiko ?
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    26/12/11, 10:13 pm

#5


Personnage objet du POV : Sawada Tsunayoshi - KHR
Source d'inspiration : Un doujin 5927 (Gokudera x Tsuna)

Ses cheveux si beaux. Son visage semblable à celui d'un ange. Sa bouche qui me donne envie de l'embrasser. Son cou. Sa silhouette longiligne. Ses longues et douces jambes.


Cela faisait un mois que j'étais devenu le bras droit de Yoshiko-chan. Au début, elle me détestait, ce que je comprenais très bien, je suis Tsunaze après tout, et Yoshiko-chan est l'une des élèves les plus douées de la classe. Alors forcément, nos chemins n'étaient pas supposés se croiser, à moins d'un miracle ... et il a eu lieu. Personnellement, je me demande pourquoi est-ce que j'ai le don de tomber amoureux de filles inacessibles ... c'est vrai quoi, avant c'était Kyoko-chan, et maintenant, Yoshiko-chan. Mais contrairement à ce que vous pouvez croire, on est devenus très proches en un mois ... tellement qu'on mange ensemble, et que des fois, elle est tellement exténuée qu'elle s'endort sur mon épaule ... J'aime ces moments priviligiés. Je me dis que je pourrais la faire mienne mais ... je ne sais pas, ça me bloque.

- ... donc ... pensais ... d'accord, Tsu-kun ?

Ouah ! Elle m'a surprise. Je pensais tout seul et je n'avais pas entendu qu'elle me parlait. Ah oui, c'est vrai. On vient de sortir de la salle de cours pour manger ensemble sur le toit (qui n'est actuellement pas occupé par Hibari-san, heureusement pour nous. Il a dû s'absenter ...) et je ne sais plus de quoi on parlait ... mais ça me déstabilise quoi ! En plus, autant avant elle n'arrêtait de m'appeller "Tsunaze", ensuite, c'est devenu "Tsunayoshi", pour enfin se terminer en "Tsu-kun" ... d'habitude, y'a que ma mère qui me donne ce surnom. Mais je ne sais pas pourquoi, ça ne me dérange pas que Yoshiko-chan l'utilise aussi. Peut-être parce que je l'aime ?

- Tsu-kun ! Tu m'écoutes à la fin ?!
- Ah, euh, oui, désolé. J'étais perdu dans mes pensées.
- Je disais donc, je pensais que ça serait bien que tu viennes à la maison pour faire tes devoirs avec moi ... je pourrai t'expliquer, tu vois.
- Q-quoi ? M-moi, chez ... toi ?
- Oui ... pourquoi pas ? Ca te pose un probléme ?
- P-pas du tout ... !

Aaaah~ Je suis si heureux ... je vais enfin pouvoir aller chez Yoshiko-chan ! Héhé. Je suis si content que je mange à toute vitesse mon bentô, quand soudain, je la vois qui me regarde comme si elle allait éclater de rire. Alors je prends mon air perplexe et elle me prend la main, s'approchant très près de moi ...

- Tsu-kun ... tu es tellement maladroit, regarde, tu as un grain de riz sur ton oreille ...

Je rougis de honte. Evidemment, c'est toujours sur moi que ça tombe les poisses comme ça ...

- D-désolé ... ! Je vais tout de suite l'enlever !
- Mais non, tu n'as pas à t'excuser. Je vais le faire pour toi ...

P-pardon ... ? Yoshiko-chan enléverait le grain de riz qui s'était accroché à mon oreille ... ? C'est pas possible. Un rêve ? Une illusion ? Un miracle ?! Mon visage vire au rouge tomate et je reste figé, là, comme ça, alors que la fille dont je suis amoureux et que je regarde depuis le début de l'année s'approche encore plus de moi. Son souffle effleure ma joue. Je ferme les yeux, savourant au maximum ce moment. Elle ... elle commence a me murmurer dans l'oreille ...

- Tsu-kun ...

Waaaah, ne prononce pas mon surnom de cette manière ... si ... sexy ... mon coeur ne va pas le supporter ! Je sens en un instant sa langue sur mon oreille, enlevant le méchant grain de riz qui était dessus. M'enfin, si c'était pour avoir droit à ça, je ferai mieux de le remercier ! Elle se reléve, me lâche la main, et revient à sa place, avant de me dire :

- Fais attention la prochaine fois, d'accord ? ♥
- O-oui ... !

Je peux l'affirmer maintenant. Yoshiko est la personne à laquelle je tiens le plus en ce bas monde, je veux la protéger, la voir rire, être heureuse. Et quand je la regarde, je ne peux pas m'empêcher d'avoir ces paroles en tête, celles que je voudrais tant lui dire un jour : Je t'aime.
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    26/12/11, 10:14 pm

#6


Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko (OC)
Source d'inspiration : CORE PRIDE - UVERworld (Ao no Exorcist opening 1)

Cela fait quelques temps que Yoshiko a appris l’existence de Kunihara, l’arrière-grand-père de son meilleur ami Tezuka Kunimitsu [ainsi que l’amant de son arrière-grand-mère Daniela dite Harumi, mais ça, elle ne le sait pas encore] et qu’il est apparu devant elle par le bracelet qu’elle porte autour du poignet droit.
Mais récemment, elle a commencé à faire des rêves étranges. Elle entend la voix d’une femme, qu’elle n’a jamais entendue auparavant, et cela la perturbe beaucoup.


« Tu ne peux pas échapper à ton destin. Tu ne peux pas. »

Dehors, les feuilles des arbres bruissent, le vent souffle, et ce calme olympien qui règne me réconforte. Mais j’entends cette voix. Encore. Mais qui est-ce ? J’ai les yeux fermés. Je ne vois rien, tout est noir. Et pourtant, j’arrive à distinguer cette voix. Qui me parle, comme si elle me connaissait par cœur, comme si elle avait lu en moi.

« Tu as peur, n’est-ce pas ? Tu es perdue et ton cœur est en proie à d’horribles souffrances. Mais ne t’en fais pas. Si tu le fais, tout sera fini en un instant, et ta tristesse se sera envolée. »

Si je fais quoi ? Pourquoi est-ce que je serais perdue ? Je ne souffre pas. Je ne suis pas triste. Tout va bien.
J’essaie de m’en convaincre.
La voix devient de plus en plus douce, plus insistante. Plus familière aussi.

« Yoshiko, ma chérie. Je t’en prie, dis-moi ce qui te fait tant de peine. Je ne suis plus là, mais je sais que tu existes et je pense à toi, très fort. »

Je ne peux pas ouvrir les yeux. Je suis en plein cauchemar … dites-moi que c’en ai un. Cette voix me fait peur. Et le fait de savoir que cette personne n’est « plus là » me fend le cœur.

« Nous nous reverrons un autre jour, ma chère Yoshiko. Ma petite-fille chérie, je t’adore. »

Dans un effort, toujours sans ouvrir les yeux, je lève ma main, et d’un coup d’un seul, mes yeux se rouvrent.
Tout est fini, et je savoure enfin ce calme, celui qui m’avait tant manqué.
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    28/02/13, 05:34 pm

#7


Personnage objet du POV : Tezuka Kunimitsu
Source d'inspiration : All alone with you - EGOIST || L'épisode 4 d'Accel World (en faisant des vidéos de gifs...)

Yoshiko a été victime d'un accident de voiture. Ses jours ne sont plus en danger, mais elle a été transportée d'urgence à l'hôpital il y a quelques jours. Toujours inconsciente, ses proches se relayent à son chevet chaque jour. Cette fois-ci, c'était au tour de Tezuka Kunimitsu, son meilleur ami...

... tout est noir autour de moi. Je ne vois plus rien, je ne sens plus de force affluer en moi... pourquoi ? Est-ce parce que je l'ai plus à mes côtés ?

C'est faux, elle est là, bien à côté de moi.

"Tezuka-kun ?"

Une voix m'appelle ? J'ouvre soudainement les yeux.
La maman de Yoshiko est là, devant moi.

"Tu as encore dormi ici ? Merci de lui rendre visite chaque jour et de veiller sur elle comme tu le fais...
- Non, je vous en prie, ce n'est rien.
- Je suis sûre que même endormie, elle sent ta présence...
- J'aimerais bien..."

Elle me reproche d'être trop protecteur envers elle, mais je ne peux pas m'en empêcher... elle est tellement précieuse à mes yeux que c'est quelque chose de presque naturel... et pourtant...

Pourtant, elle ne se rend pas compte à quel point je suis mort d'inquiétude pour elle à ce moment précis. Quand j'ai appris qu'elle avait eu un accident de voiture, j'ai cru que j'allais m'évanouir tellement le choc a été fort...

Au moment même où j'ai su qu'elle avait été transportée à l'hôpital, et dès la fin de l'entraînement, je me suis précipité là-bas... j'étais tellement inquiet que je suis resté la nuit... avant de me rendre compte que je devais partir accomplir mes responsabilités au club.

En revenant le lendemain au club, son petit ami Kikumaru avait l'air triste et je n'ai même pas daigné lui adresser la parole : il est venu de lui-même.

"Alors quoi, tu restes la nuit dans la chambre d'hôpital de ma petite amie ?!
- Je ne sais pas ce qui te prend d'être aussi agressif, mais je ne veux pas entendre ça de ta bouche alors que tu n'es même pas venu la voir.
- Quoi ?! Tu as vraiment cru que je n'étais pas venu ?! J'étais un des premiers après Ochibi figure-toi ! Ca t'en bouche un coin hein ? Parce que oui, je suis bien son petit ami aux dernières nouvelles, et je respecte son intimité et son sommeil !"

Je me suis contenté d'une réponse expéditive. Sa désinvolture m'insupportait :
Comment pouvait-il rester aussi énergique alors que sa "petite amie" comme il le disait était en train de se battre de toutes ses forces depuis son lit d'hôpital pour guérir ?

Une chose est sûre cependant, qu'importe ce que les autres en penseront...
c'est parce qu'elle allait disparaître de ma vie que je me suis rendu compte à quel point elle était précieuse pour moi.

... plus que tout, je veux le lui dire.

Mais comment faire, si elle ne se réveille pas ?.........

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    01/04/13, 10:27 pm

#8

Personnage objet du POV : Mizuhashi Kaoru
Source d'inspiration : Ma douuuuche 8D (et accessoirement, mes idées XD)

Cela faisait un moment que je ne m'étais pas retrouvé seul avec Yoshiko, mon amie d'enfance... mon premier amour. Entre les cours, mon petit boulot (et ce, même si mon père est PDG d'une grande entreprise), et les shootings sous une autre identité, c'est vrai que je n'ai pas eu le temps de me consacrer à elle...

Je le regrette. J'ai voulu m'occuper d'elle comme un grand frère; cette place m'a été volée par son meilleur ami. J'ai voulu m'occuper d'elle comme un... petit ami; quelqu'un m'a déjà devancé.
Je suis parti soudainement et trop tôt. Il y a 7 ans, je ne réalisais pas à quel point elle était importante pour moi... je voulais juste m'en aller, tout quitter, tout recommencer... tout effacer. Qu'à t-elle ressenti à mon départ ? Est-ce qu'elle a pleuré ? Est-ce qu'elle était triste ? Est-ce qu'elle s'est mise en tête de me remplacer au plus vite ? Autant de questions auxquelles je n'aurais pas de réponses...

Quand on était petits, on faisait du karaté ensemble. Elle a commencé parce qu'elle m'a vu m'entraîner... je ne sais pas si elle a continué. Enfin, je suppose que oui, vu les réflexes qu'elle a... on ne perd pas ces habitudes aussi facilement. D'ailleurs, qu'est-ce qui l'a poussé à continuer ? Je veux dire... elle a le tennis maintenant. Et ce sport la happe complètement.

Le soleil était déjà en train de se coucher. Je suis venue la chercher au collège après son entraînement, et elle marchait devant moi. En la regardant de dos, je ne la voyais plus. Elle était devenue une autre personne : la Yoshiko frêle, timide mais garçon manqué et impulsive avait laissé place à une jeune fille féminine, sérieuse et... incroyablement attirante.

Je cherchais toujours... les réponses à ces questions. Déterminé, je la rattrape d'un pas décidé et me place devant elle, avant de la stopper de mes deux bras tendus.

"Mizuhashi... ?" murmura t-elle du bout des lèvres.

Pourquoi est-ce qu'elle est aussi froide avec moi ? Elle qui m'appelait Kao-chan avant...

"Y-- Yoshi-chan... ! J'ai une question à te poser.
- Quoi ?
- Pourquoi est-ce que tu as continué le karaté ? Rien ne t'y obligeait !! Si c'était pour garder un souvenir de moi alors tu n'avais qu'à----
- Tu n'y es pas du tout, Mizuhashi.
- Pardon... ?
- Ce n'est pas pour toi que j'ai continué le karaté."

Après cette soudaine révélation, elle se remit dos à moi et baissa la tête.

"En première année, quand j'ai connu Mitsu-chan, je l'admirais encore de loin... et un jour, alors qu'il avait encore battu un de ses senpai, rien ne s'est passé comme d'habitude... ce senpai était tellement énervé contre Mitsu-chan qu'il l'a violemment frappé au coude... depuis, il ne peut plus jouer correctement. J'étais là quand ça s'est passé et j'ai assisté à toute la scène. Ca m'a traumatisée. Je n'en veux pas particulièrement à Takesue-senpai pour ce qu'il a fait... après tout, Mitsu-chan était aussi fautif de ne pas l'avoir pris au sérieux. Mitsu-chan est fort, et le deviendra encore plus dans l'avenir, j'en suis sûre. C'est pour ça que..."

Elle se retourna vers moi, un grand sourire aux lèvres.

"... je veux juste pouvoir le protéger, au cas où quelqu'un de mal-attentionné comme Takesue-senpai reviendrait. C'est tout ce que je peux faire pour lui."

C'est impressionnant. Alors elle tient à son meilleur ami à ce point ? Et moi là-dedans, je suis quoi ?!

Je crois juste que j'ai su quelque chose que je n'aurais pas dû savoir...

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »


Last edited by Emi-chan on 11/07/13, 11:23 pm; edited 1 time in total
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    11/07/13, 11:19 pm

#9


Personnage objet du POV : Fujikaze Kumiko
Sources d'inspiration : Ma sieste du jour, Aozora - May'n & innocence - Miyano Mamoru

Depuis quelques temps, j'avais remarqué que Kunimitsu n'était plus le même, surtout envers Yoshi-chan... je ne sais pas, c'est comme s'il la dévorait du regard à chaque fois qu'il la voyait, ou comme s'il voulait lui faire un câlin tellement je pouvais voir sa main parfois trembler et vacillante vers elle quand celle-ci était trop près de lui... je pouvais voir ses émotions, son visage changer quand il était avec elle, alors que je ne le pouvais pas voir avant; même Natsumi et les autres titulaires l'affirment : il a complètement changé depuis un certain évènement... son regard pour Yoshi-chan avait changé.

Même s'il était son meilleur ami, je ne pouvais pas le supporter.
Non... était-ce parce qu'il est justement son meilleur ami que je ne pouvais pas le supporter ?

Pour ne pas arranger les choses, je me suis mise à le détester : pour m'avoir éloignée d'elle, pour avoir causé du tort à Eiji, pour être aussi parfait dans son attitude... je le déteste pour ça et je voulais mettre de la distance entre nous. C'est Yoshi-chan qui m'a "forcée" à l'appeler par son prénom; comme il m'a aussi donné son accord, je suppose qu'il n'y a pas de problème ?

Cette fois, je vais mettre les choses au clair; pour leur bien, je vais mettre en place un plan un peu risqué... ce sera quitte ou double.
Est-ce qu'il serait tombé... amoureux de Yoshiko ?

Accompagnée de la fille qui a fait sa confession à Kunimitsu dans la semaine, et qui s'avère être une de mes amies, je mets mon plan à exécution.
Elle aussi a le droit de connaître la vérité et de se fixer les idées.

Après avoir mis du somnifère dans la boisson de Yoshi-chan, je la conduis dans la salle du Conseil où les élèves non-membres sont exceptionnellement autorisés à entrer à certaines heures; on parle un peu, je ne lui fais rien voir; je reste la même : aussi souriante, joyeuse, extravertie... je ne sais faire que ça, de toute façon.

Il n'aura pas fallu beaucoup de temps avant qu'elle ingurgite cette boisson et qu'elle tombe de sommeil, sur le canapé.
Mon plan allait pouvoir se mettre en place.

Avec l'aide de la fille en question, je la déplace sur le fauteuil du bureau du président Tezuka avant de la placer de manière à ce qu'elle soit dans une pose assez suggestive, un livre à la main; de cette façon, je pouvais simuler le fait qu'elle se soit endormie après avoir lu un livre... j'ai pris soin que son doigt soit coincé dans le livre, signe qu'elle l'avait placé pour former un marque-page. Sa tête être posée sur le haut du dos du fauteuil, penchée, épousant sa courbure... et son visage était semblable a celui d'un bébé endormi. Yoshi-chan a toujours été mignonne quand elle dort, comme son petit frère... son visage endormi, je ne me lassais jamais de l'observer; j'enviais Eiji qui avait ce privilège presque toutes les semaines... et même si je savais que Yoshi-chan ne pouvait pas supporter que son meilleur ami la voie en "position de faiblesse" -ce qui incluait le sommeil-, je n'ai pas trouvé d'autres solutions pour la rendre inconsiente et sans défense : c'est comme ça que le plan marcherait à tous les coups. La touche finale était d'ouvrir la fenêtre de manière à ce que le vent fasse virevoleter ses cheveux; je les ai aussi détachés pour qu'ils soient longs comme il les aime, et comme Yoshiko les avait laissés pousser pour lui, ce serait du gâchis de ne pas le faire...

Avant d'effacer toute trace de notre présence, je préviens mon amie : ce qu'il risque de voir risque de la choquer, voire de la faire pleurer; il faut se préparer à toute éventualité. Elle hoche la tête et déglutit. Je fais de même : j'étais soudainement stressée, et même si ce plan ne servait qu'à confirmer mes soupçons, je ne saurais pas comment réagir face au fait accompli... je devais m'y préparer psychologiquement.

Je pris par la main celle qui était avec moi, et on est allées se cacher dans un coin où personne ne nous trouverait, à coup sûr. Evidemment, cet endroit donnait la pleine vue sur Yoshi-chan toujours endormie involontairement sur le fauteuil de Kunimitsu...

Il ne nous restait plus qu'à attendre.

Plus le temps passait, plus je sentais le stress monter en moi; je serrais fort la main de mon amie avant de la regarder : elle avait l'air inquiète. Même si je savais que ce que je faisais n'était pas honnête, c'était désormais pour moi le seul moyen d'en avoir le coeur net. Je devais le savoir... et ce, même si je savais que ça me ferait du mal. Yoshi-chan n'a rien à voir dedans, et je le sais. Je suis heureuse qu'elle ait choisi Eiji et je veux leur bonheur, à tous les deux; je ne veux pas que quelqu'un les gêne... et surtout pas lui. Ainsi, si mes soupçons étaient confirmés, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour lui empêcher de voler à Eiji ce qui lui est le plus cher... !

Le moment que je redoutais tant était arrivé : Kunimitsu entra dans la salle du Conseil, silencieux comme à son habitude. Il jeta un coup à droite, plus à gauche. Tout en marchant, il commence à heler Yoshi-chan, comme quand il veut qu'elle vienne le voir. J'avais pris le soin d'accrocher le manteau de Yoshiko à l'entrée pour qu'il remarque sa présence : cela a fonctionné.
Il avance près de la porte menant à son bureau et commence à l'appeler :

"Yoshi-chan. Si tu es là il faut que tu me le dises, je ne saurais rien si tu ne réponds pas."

Quoi ? Pourquoi est-ce que ce serait à Yoshi-chan de répondre ?!
A ce moment-là, je couvrais ma bouche car je sentais bien qu'il était méfiant... est-ce que je devais pour autant m'alarmer ? Il est comme d'habitude, après tout.

Il passa ensuite la porte de son bureau, pour y voir la fenêtre ouverte, et Yoshi-chan toujours allongée sur son fauteuil, un livre à la main. Il resta figé un moment... je n'osais pas regarder ce qui allait se passer ensuite, quand mon amie d'exclama doucement :

"Tezuka-kun a... souri ?"

Je relève précipitamment la tête avant de voir que l'impossible s'était réalisé devant nos yeux : Kunimitsu avait en effet un sourire aux lèvres. Un petit sourire timide, certes, mais un sourire quand même. Ce sourire qui ferait chavirer toutes les filles... et il avait ce regard aussi; ce regard d'un garçon attentionné, inquiet pour la fille à laquelle il tient plus que tout... mon amie le regarda avec les yeux choqués, mais elle était toute rouge...

"Je ne m'attendais pas... à ce qu'il ait un tel regard. Est-ce parce qu'il regarde Yoshiko-san... ?
- Je ne sais pas... je crois que oui, ça ne peut être que ça..."

Il continua à s'avancer vers Yoshiko, et arrivé tout à fait devant elle, il leva sa main pour remettre la mèche de cheveux que le vent avait déplacée. Il avait encore ce doux regard, et on pouvait distinguer sur ses joues de petites rougeurs... non, c'est le reflet du soleil qui fait ça... cette possibilité est la plus plausible, n'est-ce pas ?
Il murmura ensuite quelque chose qui arriva à nos oreilles :

"Franchement... elle est trop mignonne quand elle dort... mais elle va attraper froid comme ça..."

Il resta encore figé un moment, la mèche de cheveux encore dans sa main, quand il se mit soudainement à se baisser vers son visage...
Non, c'est pas possible, il va pas quand même l'embra-- !! Je dois l'en empêcher... absolument... par tous les moyens... !
Mon amie commença à trembler, et je lui serrais la main pour la rassurer et lui dire que j'étais là... pour moi aussi, c'était un choc...

Et cela a suffi pour confirmer mes soupçons, qui sont désormais... des évidences.

Alors qu'il continuait d'avancer vers le visage de Yoshi-chan, il ferma les yeux, et ce que je redoutais s'est affirmé devant mes yeux : il veut l'embrasser !!
Ni une, ni deux, je sors en furie de ma cachette, avant de presque crier :

"Ca suffit comme ça, Kunimitsu !"

Je fronçais les sourcils et à ce moment il se retouna vers moi : je devais affronter son regard qui était désormais redevenu le même que d'habitude... assuré, glacial et calculateur. Devant lui, je ne pouvais pas être celle qui j'étais d'habitude; je ne pouvais pas sourire, être joyeuse, et encore moins rire aux éclats... tout ce que je peux faire, c'est de m'énerver, lui lancer des piques et des avertissements... je fais semblant devant Yoshi-chan de m'entendre avec lui parce que je ne veux pas qu'elle s'inquiète.... mais en vérité j'ai du mal.

Frustation. Enervement. Colère. Jalousie.

"Qu'est-ce que tu fais ici, Fujikaze ?
- Je voulais juste m'assurer de quelque chose à propos de ton attitude envers Yoshiko.
- Quoi exactement ?
- Te fatigue pas, j'ai déjà eu la réponse à mes questions. Mais je te préviens : jamais tu n'arriveras à la piquer à Eiji ! Je ferais tout pour t'en empêcher !"

Il allait répliquer quelque chose quand on a été interrompus pas le réveil de Yoshi-chan.

"Mmmmh... wouaaaah... j'ai bien dormi... qu'est-ce que je fais avec un livre à la main..."

Elle se releva doucement, posa le livre sur le bureau, et se retourna, la tête toujours dans le brouillard.

"Tiens... Mitsu-chan ? Kumi-chan ? Qu'est-ce que vous faites là... ?"

Je me contentais de le regarder avec des yeux ronds, et elle me répondit avec un regard interrogateur. Yoshi-chan sait tout de moi : elle sait donc quand je suis énervée. J'abandonne ce regard menaçant que j'avais avant de retourner à celle que je suis d'habitude. Je me précipite sur elle avant de lui faire un câlin.

"Yoshi-chan, je suis désolée ! Désolée !! S'il te plaît, pardonne-moi !!
- Kumi-chan ? Pourquoi tu t'excuses ?
- N-- Non, pour rien...
- T'es bizarre dis donc !
- Ne t'en fais pas..."

Je me détache d'elle, lance un regard plein de reproches à Kunimitsu, avant d'entraîner Yoshi-chan et mon amie par la même occasion hors de la salle, par mes deux mains. Elles restent toutes les deux interloquées, pour l'une toujours choquée, et pour l'autre ne comprenant pas trop se qui venait de se passer. Je ferme les yeux, essayant de réaliser ce qu'il vient de se passer; je n'y arrive plus très bien, les idées s'entremêlent et s'embrouillent dans ma tête...

Je dois mettre au courant Eiji... et après ?

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    06/08/13, 10:59 pm

#10
(Ouaiiiis, mon 10ème POV ! :p Let's party~ !)


Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Prime number - Ookura Asuka (Sakurasou ending 2) & Sakurasou episode 12

Tout ceci se passe un peu avant l'ouverture du camp de l'U-17. Kazuya était revenu depuis un moment déjà et avait lancé à tous les proches de Yoshiko qu'il allait la ramener aux Etats-Unis et qu'elle n'allait plus revenir parce qu'il avait déjà tout prévu; ce jour-là, Yoshiko doit partir aux Etats-Unis... elle l'a dit à Eiji sans lui donner de raison, il croit donc que Kazuya a mis sa menace à exécution. Le moment qui suit se passe à l'aéroport, alors que Kazuya est avec Yoshiko; les titulaires de Seigaku ont insisté pour venir dire aurevoir à Yoshiko...

-----------

Déjà le moment de partir... enfin, Eiji et les autres sont invités au camp de l'U-17 et doivent partir dans quelques jours... mais tout ira bien pour eux, je le sais. Je peux partir sans regrets donc. Les jours d'avant le départ, j'étais stressée parce que je ne savais pas comment réagir : le père de Kazu a soudainement appelé à la maison, me disant qu'il avait envie de me voir; le jour d'après était arrivé dans la boîte aux lettres deux billets d'avion pour New-York... je n'avais pas eu le temps de protester ni de dire quoi que ce soit que tout ceci était déjà réglé. Maman m'a dit qu'il n'y avait pas de problème, avant qu'elle n'appelle Ayaka-san et qu'elle ne proteste en disant que Gregory n'en faisait qu'à sa tête; enfin, il n'y peut rien, il ne m'a pas vue depuis que Kazu a déménagé quand j'étais petite... alors voilà, je pense que je peux me rattraper maintenant.

Kazu était resté à la maison tous les jours suivant l'appel de son père, et... il dormait dans ma chambre. Bon, on a fait ça quand on était petits et ça nous paraissait normal, mais les choses ont bien changé maintenant. Ce qui me dérangeait le plus je crois, c'est quand il venait à l'improviste pendant les entraînements juste pour que Mitsu-chan le remarque et se mettre à lui crier dessus pour ensuite le provoquer en lui disant tout un tas de choses sur moi, comme par exemple le fait qu'il allait me ramener aux Etats-Unis pour de bon et que je n'allais plus jamais pouvoir revenir... le pire dans tout ça, c'est qu'il l'a aussi dit à Eiji.

Les jours passant et la date du départ approchant, j'ai fini par ne ressentir que le stress de sa menace; je sais qu'il disait ça sur un ton humoristique (quoique), mais des fois, je me disais qu'il pourrait vraiment faire ça... c'est la tête ailleurs que je faisais mes bagages, aidée par Nana-san et maman.

C'est le coeur battant le 100 à l'heure que le jour du départ arriva.

J'étais accompagnée par Kumiko, et tous les titulaires arrivèrent peu après elle. Kazuya se tenait à côté de moi, l'air sûr de lui et souriant... évidemment, parmi les titulaires se tenaient mon meilleur ami, Mitsu-chan, et... mon petit ami, Eiji. Tous deux avaient un regard froid voire glacial pointé sur mon ami d'enfance qui n'en avait absolument rien à faire, et qui s'en sentait même amusé : il esquissait un petit sourire fier quelques fois... c'est alors que je le regardais moi-même pour lui faire remarquer, et qu'il me répondait par un regard doux plein de sous-entendus.

Il restait encore un peu de temps avant l'heure de l'embarquement; je ne leur dirais pas aurevoir, car je sais que je reviendrais, et je sais qu'ils iront bien, tous. Ils sont forts et vont le devenir encore plus à l'avenir, c'est une certitude; cependant, les jours sans eux vont être triste, je sais que quelque chose va changer... quand je reviendrais, ils seront sûrement devenu de grands tennismen confirmés, représentant fièrement les couleurs de leur pays... et moi, j'aurais sûrement changé aussi. En quoi je ne pourrais pas dire... je vais retourner dans le pays qui rassemble tous mes souvenirs d'enfance, je vais revoir Gregory, je vais peut-être aller revoir mes anciens camarades... avec tout ça, est-ce que j'allais pouvoir rester la même ?

C'est alors que je réfléchissais à tout ça que je vis quelque chose venir à toute vitesse sur moi; je n'ai pas eu le temps de déterminer ce que c'était avant de voir qu'Eiji se tenait devant moi. La seconde d'après, il me prit dans ses bras, et je sentais ses bras trembler...

"Yoshi-chan... ne pars pas... ne me laisse pas... s'il te plaît... j'ai besoin de toi... !"

Je ne comprenais pas trop ce qu'il se passait sur le coup, et j'ai juste pensé qu'il me disait à quel point il allait être triste sans moi, comme d'habitude quand je pars. Quand Eiji me dit quelque chose, il exagère toujours; ses sentiments envers moi sont exagérés... il me dit souvent qu'il va soulever des montagnes si je suis là, ou encore qu'il pourrait faire le tour du monde si je suis à ses côtés... c'est pour ça que concernant ses exagérations, je suis habituée.
Je souffle de confort et savoure ce moment dans ses bras, avant de constater que quelque chose n'allait pas. Quelque chose est différent aujourd'hui.

Il commençait à sangloter sur mon épaule. Je sentais des larmes tremper mon tee-shirt.

"Il va... m'enlever à toi... je ne veux pas... non je ne veux pas... Yoshi-chan... je t'aime...
- Mais qu'est-ce tu racontes Eiji ?
- Je veux... rester avec toi... je ne veux pas que tu partes et qu'il me sépare de toi... tu ne vas plus revenir... je ne veux pas...
- Eiji ? Arrête de dire des choses pareilles c'est embarrassant... !"

A ce moment-là, des personnes qui voyagaient aussi comme nous s'étaient arrêtés, intrigués par ce qu'il se passait. J'essayais de me détacher de l'étreinte d'Eiji mais il me retenait, continuant de sangloter. J'étais dépassée, je ne savais plus quoi faire. Pourquoi est-ce qu'il était aussi triste ? Pourquoi il pensait que je n'allais plus revenir ? Alors que je songeais à tout ça, il continuait à murmurer des choses qui atteignaient mon oreille mais que je comprenais pas. Je me sentais soudainement mal, comme si quelqu'un ou quelque chose essayait effectivement de nous séparer; et des pensées complètement stupides commencèrent à traverser mon esprit : quand je reviendrais, il aura sûrement trouvé quelqu'un d'autre; il va sûrement me demander de rompre une fois que je serais là-bas; il va complètement m'oublier et sera heureux sans moi...

C'était insupportable. Je n'arrivais plus à me retenir.

Alors que j'essayais par tous les moyens d'arrêter de douter et de penser à ça, Eiji s'arrêta de sangloter avant de renifler bruyamment et d'essuyer avec sa manche les larmes qu'il avait laissées couler. Il arrêta de lui même son entreinte avant de poser ses deux mains sur mon épaule, la tête baissée.

"Tu ne peux pas me faire ça, Yoshi-chan... je te l'ai dit, je t'aime et je ne veux pas être séparé de toi."

Encore plus incompréhensible. Je me demandais encore pourquoi il me disait tout ça. C'est en jetant un coup d'oeil vers Kazuya que j'avais à peu près compris le contexte; lui se retenait de rire depuis le début de la scène et il me regardait d'un air amusé : alors c'est comme ça hein... Eiji était complètement tombé dans son piège en croyant toutes les choses que Kazuya lui avait dites. A quel point est-ce qu'il pouvait être naïf ?! Non... était-ce pour cette raison, ou alors était-ce parce qu'il prenait tout au sérieux quand... ça me concernait ?
Encore dans le flou et déstabilisée par une telle tournure des choses, mon seul réflexe était de lui dégager une main de mon épaule... main qu'il remit immédiatement sur mon épaule.

"Il ne peut pas m'enlever à toi. Je ne l'accepterais pas. Je vais te dire pourquoi... c'est parce que... parce que..."

Il prit un grande inspiration et se mit à lever la tête au ciel, avant de crier :

"PARCE QUE J'AI LA CONFIANCE DE T'AIMER PLUS QUE QUICONQUE !!! JE T'AIME PLUS QUE TOUT AU MONDE YOSHI-CHAAAAAAN !!!!"

Il me refit face après ça, et était maintenant essoufflé. Les personnes qui s'étaient arrêtés se mirent à applaudir, certains sifflaient, et d'autres crient des choses comme "Bien joué mon gars !"; Kazuya qui se retenait de rire depuis tout à l'heure se libéra et se mit à rire tellement fort qu'il devait se tenir le ventre.
Quand à moi... j'étais stupéfaite et surprise. J'avais lâché le sac que je tenais à la main et je crois que j'avais la bouche ouverte... et je sentais bien que j'étais toute rouge, même jusqu'aux oreilles.
Je n'avais pas le temps de dire quoique ce soit qu'il me reprit par les épaules avant de m'entraîner vers lui pour m'embrasser. Je fermais les yeux avec difficulté, les larmes me montèrent toutes seules et je crois que j'aurais vraiment craqué si nous étions que tous les deux.
Après ça, Kazuya, toujours en train de rire, s'approche de nous, et voyant que je n'étais pas en état de parler, prit la parole à ma place :

"Mais tu as vraiment cru ce que j'ai dit ?! Hahaha c'est trop drôle ! C'est vrai que je la ramène aux Etats-Unis, mais elle vient juste voir mon père ! Elle reviendra au Japon après, ne t'en fais pas ! T'es vraiment un mec marrant, Eiji !
- Hé... ? Mais alors ce que tu m'as dit...
- C'est vrai que j'en ai l'intention, mais je ne le ferais que si elle le veut vraiment. Et puis, j'ai pu voir par tout cette scène que tu l'aimes vraiment... haha !
- C-- C'est vrai Yoshi-chan... ?"

Toujours pas en état de parler, je hoche la tête avant de la baisser pour essayer de cacher au maximum mon visage toujours tout touge.
Les passants qui s'étaient arrêtés commençaient à se disperser, et bientôt nous n'étions plus que des voyageurs parmi les autres, se confondant avec le paysage.
Plusieurs minutes passèrent et je commençais à retrouver mon état normal. Eiji me regardait avec un regard inquiet, sûrement honteux de ce qui venait de se passer... sûrement plutôt embarrassé aussi. Je lui souris et commence à le rassurer.

"Euh, Eiji... je pars mais juste pour voir le père de Kazuya... comme tu seras à l'U-17, il n'y aura pas de problème ! Shu et les autres seront avec toi. Je pense que Ryô-chan devrait y être aussi... enfin, en tout cas ! Je reviens ! Ce n'est pas comme si je partais pour toujours ! Tu as vraiment cru que je pouvais tout abandonner comme ça sans même t'en parler ?!
- O-- oui, c'est vrai, tu ne ferais pas ça... je suis désolé...
- Mais non, ne t'en fais pas ! En tout cas... c'était une déclaration aussi embarrassante que tu m'as faite là...
- Mais c'est vraiment ce que je pense !"

Je prévoyais de lui dire autre chose quand une voix féminine audible d'un haut-parleur m'interrompa : "Le vol 8627 à destination de New-York va bientôt décoller. Que tous les passagers se présentent au poste d'embarquement."

"Ah, c'est le nôtre Akemi ! On doit y aller !
- Oui oui attends, je dis aurevoir !"

Reprenant mon sac à la main, je dépose un bisou sur le lèvres d'Eiji avant de lui murmurer "Moi aussi je t'aime plus que tout au monde" dans l'oreille, puis en lui disant d'une voix audible : "Fais de ton mieux pour le camp U-17 ! Je pourrais bien revenir quand tu t'y attends le moins... !" Il me sourit et hoche la tête de manière assurée, l'air de me dire "Tu peux compter sur moi !"
Eiji étant devant moi, je penche ma tête d'un côté pour avoir tous les titulaires dans mon champ de vision (ils semblaient tous embarrassés...) avant de leur crier : "Vous aussi, faites de votre mieux pour ce camp !"; Momo me répondit par un pouce levé au ciel, et les autres hochaient la tête.
On était vraiment pressés alors je cours vers eux, avant de lancer un petit message à Mitsu-chan et Shu. Pour finir, je m'avançais vers Inui :

"Je te confie Natsu. Prends bien soin d'elle ! Je te le pardonnerais pas si tu lui fais du mal ! Ah et... n'oublie pas pas ça : "Quand on veut on peut"; si Natsu te veut, elle t'aura. Fais gaffe parce qu'elle est vraiment sérieuse à propos de toi !"

Il me répond par un hochement de tête gêné et je pouvais enfin partir, traînée par la main de Kazuya qui, pendant le trajet n'arrêtait pas de rouspéter jusqu'à ce qu'on arrive au poste d'embarquement.

Les choses pouvaient prendre une nouvelle tournure...

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    06/08/13, 11:10 pm

#11


Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Accel World OST (boooo) [oui je sais, cette piste est bizarre est pourtant elle m'a inspirée XD] et ce post (August 23rd / noon)

-----------------------------

Ca s'est passé un après-midi calme, dans la salle du Conseil des élèves. Mitsu-chan et moi-même étions seuls à ce moment, et je dois avouer que je n'avais pas prévu que ceci arriverait précisément... nous avions terminé de travailler sur les dossiers les plus urgents, et les autres avaient besoin de discussions; nous avons donc décidé d'attendre le lendemain pour en parler aux autres membres. La réunion de 15h20 était passée depuis longtemps. Nous étions les seuls dans la salle pour une raison assez légitime : l'entraînement du soir.
Un silence de mort régnait et était assez pesant. J'entendais même l'aiguille des secondes tourner dans un bruit constant : tac tac tac tac. J'en aurais même espéré que quelque chose brise ce silence, ou encore qu'on ait encore des dossiers à travailler... qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire en attendant ?!

Cherchant quelque chose pour briser mon ennui tout autant que ce silence, je tourne la tête vers mon meilleur ami, et... il s'avère qu'il est en train de lire. Comme d'habitude, je dirais. Je penche la tête pour essayer de voir le titre de cet ouvrage et constate qu'il s'agit d'un livre en anglais. Enfin, là encore, rien d'étonnant : je vois souvent Mitsu-chan lire des livres en anglais; il aime ça en plus, alors pourquoi l'en empêcher.
C'est en déplaçant mon regard vers son visage que je ne pouvais pas m'empêcher d'esquisser un petit sourire : il était vraiment concentré... rien ni personne ne pouvait l'interrompre dans sa lecture maintenant qu'il était plongé dedans... !

Ne voulant pas le déranger davantage dans sa lecture par mon regard insistant, je tourne la tête et me retrouve face au deuxième canapé de la salle. Je décide de me lever aller chercher quelque chose, quand j'entends soudain Mitsu-chan qui ferme son livre. Je tourne ma tête rapidement vers lui et le regarde, étonnée. Il se lève de son siège et se dirige vers la sortie, avant de me lancer un petit "Je reviens", coulisser la porte et sortir.
Je ne comprenais pas bien pourquoi il sortait soudainement comme ça. Peut-être qu'il avait juste envie d'aller aux toilettes ?

Piquée par un regain de curiosité, je me décide à me lever du canapé sur lequel j'étais confortablement installée, et décide d'aller jeter un coup d'oeil au livre que Mitsu-chan lisait. Depuis la première année, c'était pareil : j'allais souvent à la bibliothèque pour le voir, et dès que je le voyais rendre un livre, je l'empruntais juste après, rien que pour avoir son nom au dessus du mien; ensuite, j'étais curieuse alors je les lisais... tous. Et à force j'y ai pris goût. C'est pour ça que celui-ci ne fera pas exception à la règle. Je regarde la couverture et ne voit rien de particulier à part le titre fait de "dorure" ainsi que son auteur écrit dessus... le tout en anglais, évidemment. Oui, eh bien on pourra dire que la couverture ne m'a rien dit sur l'histoire... je décide donc de retourner le livre pour y lire le résumé; "une histoire de courage et d'aventure, dans laquelle se mêle de l'action et de l'amour" : cette phrase teminait le résumé, dans lequel il était question d'une histoire dans la vieille Amérique à l'époque des western. Je décide alors d'ouvrir le livre à la page où Mitsu-chan avait arrêté sa lecture, qui était soigneusement signalée par un marque-page.

Je commence à lire et... oh surprise !
C'était une scène olé-olé. Le héros ainsi que sa fiancée étaient en train de passer à l'acte... et c'était très détaillé. Il y avait des dialogues aussi, des bruits, la description de l'environnement et des ressentis des personnages. Cet auteur n'avait rien laissé au hasard... encore surprise, je balade mes yeux encore ébahis et voit encore des adjectifs, des mots, des phrases qui me feraient presque penser à un script de film pornographique. Je feuillette rapidement les pages avant de me rendre compte que cette scène aura duré jusqu'au prochain chapitre, soit au moins 3 pages et demi. Je ne peux pas m'empêcher de rougir de honte avant de penser à ce que Mitsu-chan aurait pu en penser lui-même... mais s'il a fermé avant, c'est qu'il... ne pouvait pas lire ça, peut-être ? Alors pourquoi est-ce qu'il serait parti... ? Si je me tiens à ce que j'ai pensé au début, s'il était parti aux toilettes, alors peut-être que... non non non, c'est pas possible ! Il a même pas lu cette scène, comment aurait-il pu... ?!

Je secoue la tête, chassant toutes ces pensées, et décide de refermer le livre avant de le déposer sur le bureau, à sa place. J'allais retourner à ma place ni vu ni connu, quand la porte se mit à coulisser... c'était Mitsu-chan. Il avait un assez gros livre à la main.

"M-- Mitsu-chan... ?
- Je suis allé chercher un dictionnaire. Il y a des passages entiers que je ne comprends pas dans ce que je suis en train de lire. Ce sera la parfaite occasion de perfectionner mon vocabulaire anglais.
- A--attends... ! Tu n'as pas besoin de te perfectionner dans ce genre de vocabulaire... !
- Hum ? Qu'est-ce que tu racontes ?
- Euh... pardon. Je me suis permise de lire ce passage en question. C'est bien celui qui commence à ton marque-page... ?
- Oui.
- Hum... alors ce que je dis c'est que... tu n'as pas besoin de comprendre ce passage pour la compréhension de l'histoire... ce n'est pas vraiment nécessaire... !
- Qu'est-ce que tu en sais ? Tu n'as jamais lu ce livre. Toute ligne du livre est nécessaire à la compréhension de l'histoire puisqu'elles en font partie.
- Enfin, non, mais, je l'ai lu et euh...
- Tu as compris ?
- O-- Oui mais...
- Alors explique-moi en quoi ce passage est inutile dans l'histoire et traduis-le moi. C'est vrai que tu es douée en anglais, j'aurais pu te demander avant...
- Héééééééé ???!!! N-- non mais vraiment... je te dit que ce n'est pas nécessaire alors... je n'ai pas besoin de te le traduire...
- Tu m'as dit que en avais compris chaque ligne, chaque mot, chaque phrase, chaque adjectif et chaque descriptions ?
- Euh... j'ai pas lu en détail comme ça mais... je pense que oui...
- Alors traduis-le moi. J'attends."

En disant cela, il croise les bras et attend. Il me regarde avec un air insistant et j'ai l'impression que je dois me faire toute petite... bouh, j'ai envie de m'enterrer sous terre ! Qu'est-ce qu'il m'a prise d'être aussi curieuse aussi ?! Enfin... je pense que cette situation est meilleure, puisque sinon, il aurait vraiment pris le dictionnaire pour tout traduire et en aurait compris le sens et... la gravité. C'est aussi mon rôle de meilleure amie et pillier de le protéger de ce genre de choses !

"Yoshi-chan.
- M-- mais je te dis que c'est pas la peine... !
- Pourquoi est-ce que tu refuses aussi hargnement ?
- P-- parce que... c'est une scène... inutile à l'histoire.
- Ah. Donc si c'est "inutile" comme tu le dis, je pense que ça ne te posera pas de problème. Tu n'as rien à perdre en faisant cela. Ce n'est pas comme si tu me dévoilais une partie importante de l'histoire donc.
- Peut-être mais... en fait, je n'ai pas compris..."

Si, j'y aurais quelque chose à perdre : mon innocence des beaux jours et ma dignité face à lui !! Il est hors de question que je lise à haute voix une chose pareille devant lui !

"Pourquoi est-ce que tu me dis que tu as compris alors ? Je ne te conprends pas, tu te contredis depuis tout à l'heure.
- J-- je... en fait je l'ai comprise mais... pas comprise ! Hahaha...
- Hum ?
- Euh, enfin, tu vois, ce n'est pas comme si je voulais pas te traduire cette scène, mais euh... c'est... hors de mes moyens... ?
- Très bien. Dans ce cas je la traduirais moi-même avec le dictionnaire.
- Nooooooon !! Attends, ne te précipite pas !! Je-veux-bien-te-la-lire-mais-pas-tout-de-suite. Tu veux bien pour l'instant passer cette scène et y revenir plus tard ?
- Je ne comprends plus rien. Au final, tu veux ou tu veux pas ?
- Je... veux bien. Mais pas tout de suite.
- D'accord."

Après ça, il se rassoit à son siège et prend son livre. Il feuillette jusque son marque-page et passe les pages jusqu'au prochain chapitre. Il me regarde l'air de me demander s'il a bien fait et je hoche la tête, avant moi-même de souffler de soulagement et de me rassoir sur le canapé. Le temps aura passé vite avec cette histoire... c'est déjà l'heure de l'entraînement !

J'en aurais des choses à raconter à Natsu et à Ryô-chan ce soir... !

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »


Last edited by Emi-chan on 17/02/14, 07:44 pm; edited 1 time in total
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    06/08/13, 11:14 pm

#12


Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Kokoro connect : michi random

----------------------------

Au début, ça m'amusait et je me sentais aimée. Ensuite, des rumeurs se sont mises à circuler sur moi au fur et à mesure que je refusais de sortir avec les gars qui me le demandaient, et il y avait même un moment où je me faisais embêter par mes camarades féminins qui n'appréciaient pas trop ça; c'est à ce moment là que j'ai souhaité que tout s'arrête...

Pareil... toujours pareil... toujours la même chose... pourquoi... comment... quand est-ce que tout ça va s'arrêter ? Pourquoi est-ce que ça m'arrive à moi ? Encore aujourd'hui, en ouvrant mon casier, plein de lettres me sont tombées sur les pieds. Encore une fois, une expression et désespéré se dessinait sur mon visage.

Qu'est-ce que vous savez de moi ? Pourquoi est-ce que vous tenez tant à moi ? Pourquoi... pourquoi ?!

La même chose, la même routine, les mêmes paroles, la même question, la même réponse... la même expression blasée sur mon visage. Encore ces mots, ces lettres, ces écritures tremblantes, ces papiers et enveloppes et... ce même rituel.

"Est-ce que tu peux venir avec moi derrière l'école ? Je dois te parler."

Encore ça ?

"Tu es très jolie et... je te regardais depuis notre premier jour ici..."

Arrêtez ça. Arrêtez donc ça. Vous êtes tous les mêmes, tout ceci m'importe peu.

"... tu n'es pas aussi glaciale que tu en as l'air mais tu es assez mystérieuse... euh, j'hésitais beaucoup avant mais..."

Encore. C'est pareil. Rien ne change, rien ne bouge, rien... rien du tout.
Ca me dégoûte.

L'arrière-cour du collège me paraissait plus que familier maintenant, comme si cet endroit était le seul coupé du monde. Je m'étais habituée au bruit du vent et... aussi à ces flots de paroles, qui au fil de temps ne m'atteignaient plus, comme une chimère. Sans avoir écouté, je savais ce qu'ils disaient, parce que tout était pareil.

"... c-- ce n'est pas comme si je... t'avouais mon amour mais... je... crois que je t'aime. Je suis désolé, toutes mes pensées s'entremêlent et je n'arrive pas à penser calmement et de manière rationnelle quand ça te concerne. Echizen-san, s'il te plaît, sors avec moi !"

C'est alors que je commençais à m'habituer à cette routine qu'il est apparu. J'étais alors tombée amoureuse de lui, sans savoir pourquoi ni comment, alors même que j'étais persuadée d'avoir trouvé la perfection incarnée peu avant. Avec lui, tout était différent : je découvrais de nouvelles choses, de nouvelles expériences, de nouvelles émotions, de nouveaux sentiments... mon monde en noir et blanc s'était alors transformé en monde coloré. Je pensais qu'il était différent des autres garçons, parce qu'il ne me regardait pas avec ces yeux d'envie de possession... il avait un regard enfantin mais sincère. J'appréciais sa compagnie, tout comme j'appréciais parler avec lui; en quelques temps, il est devenu l'ami dont j'avais toujours rêvé. J'étais amoureuse de lui, mais cet amour à sens unique me suffisait; je l'avais déjà expérimenté. C'est alors que je me surprenais à rêver d'une amitié infinie que ce jour arriva.

"Y-- Yoshi-chan... ! Je... il y a quelque chose que j'ai toujours voulu te dire... je... je t'aime... ! S'il te plaît, deviens ma petite amie !"

Non...
Pas ça... pas lui...
Pareil... toujours pareil...

Je le croyais différent des autres garçons. Finalement, il est pareil... tout ce qu'il veut de moi, c'est que je...
... lui appartienne ?

"J-- Je... suis désolée."

Ce jour-là, j'avais fui. J'étais heureuse qu'il m'aime en retour mais... j'avais peur de le perdre, peur qu'il ne soit pas sincère, peur qu'il soit finalement comme tous les autres; puisqu'il était mon rayon de soleil dans ce ciel sombre qu'était ma vie jusqu'à présent, j'avais peur... tout simplement.

Les mois ont passé et je suis finalement devenu sa petite amie. Tout allait pour le mieux, quand un beau jour, mon meilleur ami me révéla ceci :

"Je suis tombé amoureux."

Coup de poignard.
La personne que je ne voulais surtout pas perdre... mon meilleur ami, mon tout, mon essentiel, celui pour qui j'ai fait tant d'efforts, celui qui gouverne mon monde...
Quelqu'un va me le voler.

J'ai fait de mon mieux pour me persuader que ça ne m'affecterait pas, mais je ne peux plus me mentir... là encore, j'ai peur de le perdre.
Il y a encore ces rumeurs qui circulent comme quoi ce serait moi qu'il aime.

Pas ça... pas lui... pas encore.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    09/12/13, 11:05 pm

#13

Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Nirvana - MUCC (Inu x Boku SS opening)

Alors que la relation avec son meilleur ami se dégrade continuellement, Yoshiko décide de le confronter et de le mettre face à ses sentiments. Avec maintes discussions, Tezuka accepte finalement de révéler le nom de celle qu'il aime... c'est ce qui était en tout cas prévu. Yoshiko fixe comme point de rendez-vous le parc d'à côté du collège. Encore en uniformes du club, ils se retrouvent-là bas, et Yoshiko prend une décision qui ne va pas juste la toucher, involontairement...

------------------------------

Je suis nerveuse et je tremble de partout. C'est vrai que j'ai été insistante, mais il avait toujours refusé jusque maintenant de me révéler ça... alors pourquoi il a accepté ? Je ne m'y attendais pas. J'ai peur... peur de le savoir. Peur de le perdre, de perdre ma place auprès de lui... de perdre contre une personne le concernant... C'est décidé : j'allais moi aussi me confronter et faire face à mes sentiments. C'est d'un pas décidé que je rendais au point de rendez-vous que j'avais fixé plus tôt dans la journée.

Mitsu-chan était déjà là, et m'attendait sur un banc.

Je serre le poing, et m'approche de lui. Nous sommes restés face-à-face quelques minutes avant que je me décide à briser le silence et à lui sortir quelque chose pour engager la conversation avec lui :

"T-- Tu es arrivé tôt.
- Tu dois me connaître maintenant, Yoshi-chan. me répondit-il d'un ton tranchant.
- C'est vrai mais...
- Je ne voulais pas te faire attendre.
- C'est du Mitsu-chan tout craché ça ! plaisantais-je pour détendre l'atmosphère.
- Je ne pouvais pas faire l'impasse sur quelque chose d'aussi important.
- T-- Tu t'es bien occupé du club au moins ?! Je veux pas que tu laisses Shu tout faire !
- Je suis sorti le dernier des vestiaires. Tu n'as pas à t'inquièter.
- J-- Je vois. Tu veux quelque chose à boire ? Je vais nous chercher quelque chose... !
- Je veux bien du café s'il te plaît.
- ... d'accord, attends-moi, j'arrive !"

Et c'était la libération. En réalité, je n'avais pas envie de rester face à lui comme ça, je sentais que l'atmosphère devenait pesante... je me suis empressée de courir vers le distributeur qui était un peu éloigné du lieu où nous étions... comme ça, il ne pourrait pas me trouver, et je pourrais avoir une excuse au cas où je voudrais me préparer mentalement.

Dans ma course effrénée, je ne me rends pas compte tout de suite que je viens de repérer un distributeur. Je me dirige vers lui, toujours en courant, et m'arrête en posant ma main dessus, essoufflée, le coeur battant la chamade... peut-être dû à mon effort important, mais peut-être et surtout à cause de ce que je m'apprêtais à entendre... je reste un moment comme ça, la main posée sur le distributeur, fermant les yeux, la tête baissée... tout en m'imprégnant des bruits environnants tels que le vent, le bruissement des feuilles et les oiseaux, je me mets à penser.

C'est vrai que j'ai tenté à plusieurs reprises d'avouer ce que je ressentais à "Tezuka-kun". Si je ne l'ai pas fait, c'est parce que j'étais timide, mais aussi parce qu'il me semblait tellement inaccessible, tellement hors de portée que je n'ai rien pu faire. Au fil du temps, il a disparu, et... mon meilleur ami a pris sa place. Je dirais plutôt que celui que j'ai aimé avait disparu. Et puis... et puis je suis tombée amoureuse d'Eiji, ou plutôt de sa capacité à me faire oublier ce que je ressentais pour Tezuka-kun. Etre avec Eiji me permettait de penser à autre chose, de me sentir aimée, de ne plus penser à cet amour à sens unique et douloureux que je vivais à cette époque-là. Quand j'y repense maintenant, je me dis qu'au fil du temps, je me suis mise à vraiment aimer Eiji, et plus cette capacité... mais on va aussi dire que je sens attirée comme un aimant vers Mitsu-chan, qui, je le sais bien au fond de moi, n'est autre que Tezuka-kun qui a grandi en même temps que moi... comment expliquer que mon coeur souffre autant quand je suis près de lui ? Comment expliquer le fait que je me sente si seule quand il part en Allemagne ? La vérité, je le sais mais je m'en cache, c'est que j'ai encore des sentiments pour lui, ou plus exactement les sentiments que j'avais pour lui en première année et que je n'ai jamais pu lui transmettre... si seulement... si seulement je pouvais le dire à voix haute, juste là, pour me soulager d'un fardeau... ça me permettrait de repartir sur de meilleures bases avec Eiji, de rassurer Shu qui a passé son temps à s'inquiéter pour moi, de pouvoir me libérer de ces chaînes qui datent de plusieurs années... et finalement, d'accepter puis d'enterrer ces sentiments que j'avais envers lui. Je vais le reconnaître : mon meilleur ami n'est autre que mon premier amour, ce premier amour que j'ai tant aimé, tellement que c'en était douloureux, mais que j'ai gardé ça en moi, enfoui, secret, enterré et enfermé... il faut que je le fasse, il le faut. Je pourrais alors accepter cette personne que Mitsu-chan aime... ce sera ma façon à moi de me préparer psychologiquement.

Prenant une grande bouffée d'air, je décide de prendre le café que Mitsu-chan a demandé, avant de m'arrêter et de... me forcer. Si je ne me libérais pas de ces sentiments maintenant, je ne pourrais jamais le faire, et je traînerais encore ce boulet pour une année encore, avant que Mitsu-chan ne plante un poignard dans mon coeur en se lançant à la conquête de l'amour... serrant la canette de café lui étant destinée, je ferme les yeux et me concentre. Après tout, si je le fais, personne ne m'entendra et je serais libérée, non ? Et ensuite, je pourrais enterrer ces sentiments, ça restera secret et je n'aurais plus rien à cacher... je me décide, pose la canette par terre, fait encore face au distributeur, joint mes mains et entrelace mes doigts avant de presque crier :

"Tezuka Kunimitsu-kun, je t'aime !"

Une fois ceci fait, je souffle de soulagement, et... sent un regard pesant sur moi. Non... ce n'est pas possible... ça ne peut pas... être ça ?
Je me retourne lentement et le pire était arrivé...

Mitsu-chan me faisait face.

Il... me regardait avec des yeux étonnés, je le lisais dans son regard. Je ne savais plus quoi faire, j'étais paniquée, je n'arrivais plus à parler, mes jambes tremblaient, et même si ce que je voulais plus que tout à ce moment était de m'enfuir, ou même de m'enfoncer sous terre, mon corps ne voulait plus m'obéir. Son regard s'adoucit soudainement et j'ai cru distinguer des petites rougeurs sur ses joues... non, ce n'est pas possible... ! Il commence à bouger ses bras  puis ses jambes pour s'approcher de moi... et c'est ce moment que les miennes ont choisi pour être poussés par une grande poussée d'énergie, ce qui m'a permis de prendre les jambes à mon cou et m'enfuir... ! Encore une fois. J'entendais Mitsu-chan au loin crier mon surnom, me demander de l'attendre, mais je ne pouvais pas... les larmes commençaient à me perler les yeux : je me suis sentie lâche, pathétique, fuyarde, incapable d'assumer ces sentiments alors qu'ils m'avaient poussés à faire de grandes choses... je ne regardais déjà plus où j'allais, et j'ai arrêté ma course folle dans une rue déserte, essoufflée et éprouvée par une telle épreuve. Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il vienne jusque là et qu'il ait tout entendu... ! C'est... embarrassant... ! Alors que j'essayais de reprendre mon souffle et de marcher vers la maison, je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer ce qu'il allait penser de moi... peut-être que ça le dégoûterait, ou qu'il se sentirait comme manipulé...

C'est dans cet esprit que je suis rentrée à la maison, prête à affronter le lendemain une nouvelle journée... à ses côtés.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    15/12/13, 09:40 pm

#14

Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Unconditionally - Katy Perry

Suite de la situation du POV #13.

------------------------------

Le lendemain, je me réveille après avoir passé une petite nuit, essentiellement passée à réfléchir et non à me reposer. C'est d'humeur morose que je décide de quitter mon lit et de me préparer. Devant le miroir de la salle de bains, je constate mon état physique peu réjouissant : en plus d'avoir les cheveux tous décoiffés, j'avais aussi de grosses cernes sous les yeux. Enfin, je m'inquiètais certes de mon état physique, mais aussi psychologique... je me demandais si j'allais pouvoir tenir toute la journée, et c'est en pensant à la "réunion" que je sentis me ventre se manifester dans la douleur. Je soupire bruyamment, et décide quand même de terminer mes préparatifs pour la journée à venir.

Je descends les escaliers avec une petite mine, mon sac de tennis sur l'épaule, et mon sac de cours dans l'autre main. Nana-san me salue comme d'habitude, et me fait remarquer mon état presque léthargique. Je lui réponds vaguement que je n'avais pas trop dormi cette nuit, et elle me demanda si c'était dû au tournoi qui allait venir... "Non", lui répondais-je simplement avant de tirer la chaise de la table et de m'assoir. Nana-san me connait bien, elle sait bien que je n'aime pas m'étendre sur mes problèmes et mes états psychologiques peu glorieux. Elle est retournée à la cuisine puis est revenue sur la table, déposant mon petit-déjeuner devant moi. Je la remercie d'une petite voix et lève la tête : elle me sourit et me lance "Je ne sais pas ce qui ce passe, mais j'espère que tu iras mieux rapidement."; je lui esquisse un petit sourire timide et elle part à l'étage. Je reste seule et entend l'aiguille de l'horloge tourner dans un bruit constant. J'aurais voulu remonter le temps... n'avoir jamais eu à faire ça. J'aurais voulu n'avoir pas été aussi lâche que je l'ai été hier... je prends la fourchette dans ma main et joue avec elle en la tournant plusieurs fois, n'ayant pas tellement appétit non plus.

C'est Nana-san qui me tire de mes rêveries en descendant en trombe les escaliers : "Yoshiko-san, je suis passée dans ta chambre faire ton lit et tu y avais oublié ton portable ! Tiens, voilà." dit-elle en me tendant mon portable. Je le prends, un peu perplexe et pense tout de même à vérifier si je n'ai pas de messages... le fond d'écran qui était une photo de mon petit ami avec moi me faisait sourire mais...

J'ai constaté "qu'il" m'avait appelé de nombreuses fois et envoyé beaucoup de messages. Ce n'est pas comme si j'avais fait exprès de tous les ignorer, si ? Je ne veux même plus prononcer son nom... ce serait comme un blasphème. C'est alors que je pensais à tout ça que mon portable se mit à vibrer. Je sursaute et constate que quelqu'un m'appelle : "Mon petit chaton"... ah, peut-être que j'avais trop traîné et qu'il m'attendait déjà dehors ? Je décroche, et j'entends sa voix... soulagée, je ne peux m'empêcher de sourire tendrement, sous les yeux attendris de Nana-san.
Notre échange a été court, mon adorable petit ami m'appelait seulement pour me dire qu'il m'attendait devant la maison. Mince ! Je n'avais pas commencé mon petit déjeuner !

Retrouvant soudainement mon appétit, j'engloutis tout d'une traite, prend mes affaires, me dirige vers la sortie, avant de lancer un "Ittekimasu !" général et de sortir de la maison. Je savais que celui qui pouvait apaiser toutes ces douleurs et tout ce que je ressentais depuis hier soir était là et m'attendait. A sa simple vue, un sourire éclaire mon visage et je lui saute au cou. Manquant de peu de tomber en arrière, il me dit : "Eh bien, ce sont de chaudes salutations~nya. Je t'ai manqué tant que ça ma princesse ?". Toujours à son cou, je ferme les yeux de confort et savoure ce moment, avant de lui répondre un "Hum !", les larmes me montant aux yeux. Il se retire de mon étreinte, puis me prend les mains et m'attire vers lui pour satisfaire à notre traditionnel baiser matinal. Ce baiser avait un goût particulier, je ne voulais pas qu'il s'arrête alors je passe ma main dans ses cheveux à la douceur de poils de chats et lui caresse doucement la tête. Il s'arrête, pousse un petit cri d'étonnement, et me remet face à lui avant de baisser la tête, l'air gêné : "N-- Non, Yoshi-chan, si tu continues comme ça, je vais vraiment...". Je le regarde d'un petit air taquin et lui demande : "Tu vas vraiment quoi, mon petit chaton d'amour~ ?". Encore plus gêné, il poursuit : "T-- Tu vas encore devoir... me soulager."

A-- Ah oui. C'est vrai qu'il s'est passé quelque chose comme ça... il y a quelques semaines. j'arrive pas à croire que je réveille en lui des envies assez... particulières ! Enfin, c'est un garçon, comment lui en vouloir... je baisse la tête, gênée moi aussi, et ne trouve rien d'autre à faire que me retourner, lui prendre la main et l'entraîner vers le chemin du collège. En faisant le chemin ensemble main dans la main, je me sentais en sécurité, dans un autre monde, comme si rien ni personne ne pouvait m'atteindre. Ce n'est que quand mon petit ami prononça "son" nom que tout m'est revenu en tête : "Aaah~aaah~ ! Tezuka est vraiment sur les nerfs en ce moment, on dirait qu'il cherche à nous tuer~nya ! Je m'entraîne déjà assez avec Oishi pour le prorchain tournoi, il avait pas besoin d'en rajouter~ !", je trésaille en entendant ces mots et fait de yeux ronds, sentant mon niveau d'anxiété monter d'un coup. Je sers la main d'Eiji par réflexe et il me demande ce qui ne va pas. "N-- Non, rien..." me contentais-je de lui répondre. Ne cherchant pas à en savoir plus (à mon plus grand soulagement), on continue sans un mot le chemin vers le collège... comme d'habitude, au dernier tournant, on se lâche la main pour éviter que d'autres nous voient et nous continuons la dernière ligne droite seuls. Je n'étais pas d'humeur à aller dans la salle du Conseil comme d'habitude, alors j'ai pris les clés des vestiaires du tennis club pour déposer mes affaires.

En regardant autour de moi, je constate que les courts sont vides, et je peux donc ouvrir les vestiaires tranquillement en attendant les autres pour l'entraînement matinal. Je dépose mes affaires rapidement, me change tout aussi vite, et ressort, une raquette à la main, prête à m'entraîner en solitaire sur les courts vides. C'est en m'avançant vers les grillages que je me rends compte qu'il y a déjà quelqu'un. En plissant les yeux, je remarque "qu'il" était déjà là.

Enfin, pas étonnant venant de sa part. Je décide de l'ignorer et de d'aller m'entraîner seule. Je ne sais pas s'il a été alerté par les bruits de la balle tapant sur un mur après quelques bonnes minutes, mais je sentais son regard pesant sur moi. Décidant d'en faire abstraction, je constate que le regard est de plus en plus insistant et plus proche... sentant le danger approcher, j'arrête toute activité et retourne dans les vestiaires. Les minutes passent et les membres commencent à arriver petit à petit, dans le chahut habituel. Heureusement que je n'ai pas à diriger cet entraînement et qu'elles le savent, c'est un entraînement libre. Je prends mes distances et ne me sens pas trop dans mon assiette; cependant, j'essaie de rester "comme d'habitude" et de ne pas montrer que je suis minée par une "certaine" personne. Sans m'en rendre compte et en ayant pris une attitude pareille, l'entraînement s'est terminé sans aucune encombre et j'ai pu tout oublier l'espace d'un instant en me dépensant physiquement.

Je me rechange en vitesse pour me diriger vers ma salle de cours, laissant mon sac de tennis dans les vestiaires, redoutant plus que tout "ce" moment qui se rapprochait lentement... dans la salle de classe, je fais mon possible pour éviter les filles qui sont souvent avides de potins et je savais qu'une fois qu'elle m'attrapaient, ça allait en être fini de moi. Je laisse échapper un bâillement, et évidemment, il ne passa pas inaperçu auprès d'elles; elles se sont empressées autour de moi, me demandant si j'étais fatiguée. Je leur ai répondu que oui, puisque sortant de l'entraînement matinal, je m'étais bien dépensée et que ça m'avait un peu épuisée. Ne voulant pas prolonger plus longtemps la conversation, je détourne le regard vers la fenêtre. Elles ont donc continué leur chahut et sont retournées à leur place avant même que je m'en aperçoive. Je regarde le ciel par la fenêtre et mes pensées s'envolent... loin, très loin. Je me demandais comment j'allais faire pour arranger la situation, mais d'un côté je me sentais soulagée d'avoir été débarrassée de ce fardeau qui me pesait depuis des années. Alors... pourquoi est-ce que je sentais aussi triste ?

Perdue dans mes pensées, c'est à ce moment-là que le professeur arriva dans la salle et que ma matinée de cours pouvait commencer...

C'est avec un grand soupir de ma part que la sonnerie du dernier cours de la matinée retentit. Je pouvais enfin aller manger ! Je n'avais pas préparé mon bentô alors j'allais sûrement aller à la cafétéria acheter un petit quelque chose. C'est cette pensée qui me fit sourire et me remontait un peu le moral. Je sors de la salle de classe et m'apprête à me diriger vers la cafétéria quand j'entends derrière moi des bruits de pas assez rapide. Juste le temps de me retourner et je me rends compte que quelqu'un m'agrippe fort le poignet. Je dirige mon regard vers le visage de cette personne qui s'avère être...

Mon meilleur ami.

Sans un mot, il me traîne par le poignet dans les escaliers, sous le regard ébahi des autres élèves qui étaient tous sortis pour prendre leur déjeuner. Paniquée, je ne sais plus quoi faire, surtout que je l'avais déjà fui hier soir et que je n'avais pas répondu à ses nombreux appels et messages... je voulais lui demander de me lâcher mais j'en ai pas eu la force. Je me demande où on allait quand tout d'un coup, il s'arrête, ouvre une porte et... nous voilà sur le toit de l'école. Il me pousse vers le mur près de la porte, me plaque dessus, et pose sa main à côté mon visage puis me confronte.

"Pourquoi est-ce tu m'évites encore ? Est-ce que tu aimes tant que ça me faire souffrir ?"

Ma capacité de raisonnement n'était plus la même. Je n'avais pas dormi correctement, et ce qui s'était passé hier soir n'arrangeait rien. Pourquoi... pourquoi est-ce que ça se passe comme ça ? Pourquoi est-ce que j'ai la mauvaise habitude de toujours l'éviter quand quelque chose se passe mal entre nous ? Ce que j'avais dit hier m'avait soulagée... mais je ne comprenais pas pourquoi il me cherchait des comptes !

"J-- Je suis désolée d'avoir... fui comme ça hier soir."

C'est ça, il fallait que je m'excuse d'abord, et comme ça, tout allait revenir dans l'ordre.

"Ce n'est pas grave. En contre partie... est-ce que tu pourrais répéter ce que tu as dit à ce moment-là ? Je crois n'avoir pas bien entendu."

En disant cela, son visage s'adoucit et je pouvais voir s'esquisser un petit sourire, accompagné de... quelques petites rougeurs.

" J-- Je n'ai rien dit... !
- Ne mens pas, je t'ai très bien entendue.
- Si tu as entendu alors pourquoi tu me demandes encore de répéter ?!"

Je n'en pouvais plus. Mon coeur battait à un rythme fou et je pouvais entendre chaque battement à travers les bruits environnants. Je ne voulais pas entendre sa réponse à ma "question" alors je baisse la tête. Encore une fois, je voulais m'enfuir, mais je me suis dit que ce n'était pas la meilleure chose à faire pour le moment...

"Je t'ai entendue mais je te demande encore une fois de le répéter," me dit-t-il, avant de soulever mon visage par le menton avec sa main, de me regarder dans les yeux et de poursuivre, "est-ce que c'est trop te demander ?"
Plongée dans son regard, je pouvais voir ses yeux suppliants et un peu mouillés. Ses pupilles tremblaient et son visage était proche... trop proche.

"M-- Mitsu-chan...
- Yoshi-chan..."

En prononçant mon surnom par cette voix que j'aime tant, il met fin à notre combat de regards avant de s'approcher de mon oreille et de me susurrer : "S'il te plaît... répète encore une fois... que tu m'aimes..."

Au lieu d'être captivée par ses mots, j'étais plutôt choquée. Est-ce qu'il l'avait mal interprété ?
Est-ce que j'avais dit que je l'aimais ? Non... celui que j'aimais était Tezuka-kun, et je sais qu'il ne reviendra pas... mais je savais que c'était parce que "Tezuka-kun" avait grandi et qu'il était devenu... mon meilleur ami. Oui, ça expliquerait pourquoi j'ai voulu me libérer de ces sentiments avant qu'il me dise quoi que ce soit; mais alors, pourquoi est-ce qu'il me suppliait presque de lui répéter ça ?

"C-- ça... ne t'était pas adressé.
- Je suis Tezuka Kunimitsu. Je suis celui à qui ces mots étaient adressés. Mon coeur allait s'arrêter quand j'ai entendu ça, tu ne peux pas savoir comme j'étais heureux de t'entendre dire ça, je suis vraiment heureux que tu---
- Arrête, n'en dis pas plus !!"

A ce moment-là, les larmes me perlaient au yeux, ma voix avait été sanglotante, et je sentais que j'allais vraiment finir par craquer s'il continuait de parler. Je baisse encore la tête, il la soulève encore avec sa main et commence à me caresser la joue, tout en ayant encore ses yeux suppliants... que je ne pouvais plus supporter.
Soudain, prise d'un élan de panique, un regain d'énergie soudain, je repousse violemment sa main, et je ne sais pas pourquoi, ma main a bougé toute seule et...

Pour la première fois, je lui ai donné une baffe.

Profitant de ce moment de confusion, je me mets à courir, claquer la porte derrière moi, en pleurs. Je dévale les escaliers et je me rends à mon endroit habituel, celui où je savais que je serais seule et où personne ne pourrait m'atteindre. Je ne comprenais pas moi-même les raisons de mon geste, je m'étais pourtant jurée de ne jamais user de violence ou d'utiliser ma force contre lui... alors pourquoi... pourquoi ?!

... je ne me suis jamais sentie aussi misérable qu'à ce moment-là.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    13/01/14, 01:09 pm

#15

Personnage objet du POV : Kumiko (la meilleure amie de Yoshiko) => je veux encore changer son nom de famille, mais n'en ayant pas trouvé pour l'instant, je mets juste son prénom XD
Sources d'inspiration : Calling - Miyano Mamoru, PoT episode 104

Spoiler:
 

Tout ceci se passe avant la finale du tournoi régional opposant Seigaku à Rikkaidai. En ce jour de pluie, Kumiko retrouve son ami d'enfance et garçon dont elle est amoureuse, Kirihara Akaya sous un autre jour. Des retrouvailles quelques peu tendues...

----------------------------------------

J'avais suivi Yoshiko, ma meilleure amie, à Seishun Gakuen parce que je voulais rester avec elle. J'avais prétendu vouloir la protéger, mais c'est en fait parce que je l'admirais. J'étais à l'origine destinée à aller à Rikkai, suivre mon ami d'enfance... Akaya. Je ne sais pas pourquoi ni comment, avec le temps et sûrement parce que nos chemins se sont séparés, nous ne sommes plus revus depuis le jour de mon entrée en 1ère année. Pourtant, mes sentiments pour lui n'avaient pas changés. J'attendais frébrilement le jour où j'allais pouvoir le retrouver...

Mon coeur fit un bond quand j'appris que l'adversaire de Seigaku allait être Rikkaidai. C'est vrai qu'Akaya avait commencé le tennis peu avant d'entrer en 1ère année alors j'étais au courant. Est-ce qu'il avait réussi à être titulaire... ? Vu ses capacités, cette possibilité était tout à fait plausible. Je passais tout mon temps à me le demander et j'avais peur d'aller moi-même le vérifier...
C'est en assistant à un meeting des titulaires de Seigaku tenu par Inui que j'en ai eu la confirmation :

"... et nous devons tout partiuclièrement faire attention à leur as de 2ème année, Kirihara Akaya. C'est lui qui a causé la blessure à l'origine de l'hospitalisation de Tachibana."

Akaya, un as ? Il a blessé quelqu'un au point même que ça nécessite un séjour à l'hôpital ? C'est pas possible... le Kirihara Akaya que je connais ne ferait jamais une chose pareille...
Des questions continauaient à s'ajouter aux précédentes et tout ça tournait en boucle dans ma tête. Au final, je n'ai pas pu me défaire de ce sujet de pensées. Toutes mes pensées convergeaient vers lui. J'en ai parlé à maman qui m'a proposé de le contacter, mais j'ai refusé; je n'osais pas.
Plus le jour de la finale approchait, plus mon coeur battait un rythme infernal. Je me disais que j'allais enfin pouvoir le retrouver, lui parler, l'approcher... et peut-être apporter des réponses à toutes ces questions que je me posais.
Je n'ai pas osé en parler à Yoshi-chan, parce que je savais que je ne devais pas en ajouter aux problèmes qu'elle rencontrait déjà... et en l'absence de Kunimitsu, elle n'était plus elle-même. Je ne pouvais donc que me confier à mes peluches ou mes coussins...

Le jour prévu pour la finale arriva finalement. Un jour de pluie battante et de ciel sombre. C'est accompagnée de Yoshiko que je suivais l'équipe des titulaires sur le lieu de rendez-vous fixé. A cause de la pluie, nous avons dû attendre sous un abri le temps que la coach se renseigne sur la jouabilité des matchs de l'après-midi.
Le bruit de la pluie tombant sur le bitume et le ciel gris reflétait l'état de mon coeur. Je ne savais pas pourquoi mais j'avais basculé dans un état de tristesse; les larmes me montaient aux yeux. La tension était palpable, tous étaient concentrés et avaient pour ferme intention de battre "les rois Rikkai en route vers leur 3ème victoire consécutive au tournoi national". Je continuais à me morfondre quand soudainement, Oishi m'attira l'attention en demandant se qu'il se passait à Kaidôh qui avait un regard mauvais dirigé vers l'extérieur. Je lève ma tête et dirige le regard vers la direction qui attirait les yeux de tous, quand je vois deux silhouettes se dessiner dans la pénombre. Le tonnerre commençait à gronder et les éclairs ont éclairé les visages des personnes qui se trouvaient là : des titulaires de Rikkaidai. Un garçon avec une casquette qui me paraissait très formel, quant à l'autre qui l'accompagnait...

C'était Akaya.

Je le reconnaitrais entre mille, il avait cette prestance et ce charisme que les autres n'avaient pas. Il affichait un sourire moqueur et prétentieux tandis qu'il s'approchait d'un pas assuré vers le titulaires, qui lui adressaient un regard froid.

"Ca faisait longtemps, Seigaku."

Tandis qu'il baladait son regard sur le visage effrayant des titulaires, son regard se pose finalement sur moi. Il fait une mine mi-surprise, mi-prétentieux.

"Heeeh~ Ben alors, qui c'est que je vois là ? Je vois que tu as rejoint ce camp de loosers, Kumiko. Tu aurais dû me suivre à Rikkai, au moins tu aurais pu être dans le camp des gagnants. Bah, pas que je m'attendais à plus de toi de toute façon."

J'aurais pu lui répliquer quelque chose, lui répondre, lui crier à la figure... j'aurais pu me jeter sur lui pour le corriger... rien à faire, il m'avait paralysée. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me dise ça. Après ces 3 ans où je n'ai cessé de penser à lui, après tout ce temps, tout ce qu'il trouve à me dire... c'est quelque chose d'aussi froid et méchant que ça qu'il m'adresse ? Je baisse la tête et ne trouve rien à dire. Il continue de plus belle ses provocations verbales, à l'encontre de l'équipe, des titulaires, de ce Tachibana-san qu'il avait blessé et... de Kunimitsu.

"Tachibana-san et Tezuka-san... n'ont pas dû s'entraîner suffisamment. Une personne qui se blesse pendant un match ne peut s'en prendre qu'à elle-même."

A ce moment-là, je sentais une aura meurtrière, celle de Yoshiko qui était à côté de moi. Comme d'habitude, elle ne peut pas se retenir lorsqu'elle quelqu'un s'en prend à Kunimitsu... et c'est encore plus valable maintenant, puisqu'il est parti en Allemagne. Je la regarde et son regoid était froid, noir... elle serrait les poings et se retenait d'aller le retourner avec ses techniques de karaté. J'aurais pu, comme d'habitude, la retenir et l'en empêcher... mais je ne sais pas, à ce moment-là, j'aurais même préféré qu'elle y aille, pour aussi faire ce que je voulais faire.

Finalement, elle a réussi à se calmer et à se retenir, mais je sentais que son état ne s'était pas amélioré. Il continue comme ça un moment avant de se faire interpeller par le garçon qui l'accompagnait. Au moment où il est reparti, je sentais comme une sensation de soulagement. Je ne m'attendais franchement pas à ce qu'il soit devenu comme ça.

Peu après, la coach revient et annonce que la finale est reportée d'une semaine. Une semaine de plus à me préparer pour pouvoir encore affronter son regard et ses manières effrontées... une semaine pour essayer de faire un trait sur lui... peut-être.

* Kumiko commence à développer des sentiments amoureux pour Fuji pendant son match contre Kirihara. Elle a pu constater d'elle-même ses manières peu fair-play envers ses adversaires; elle a aussi pu constater que Fuji était le seul à pouvoir lui tenir tête. Guidée par sa tête et non son coeur, elle voit Fuji comme un prince charmant sur son cheval blanc venant la sauver de cet amour qu'elle croit à sens unique, de ce poison que Kirihara avait réussi à faire répandre en elle... *

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    09/05/14, 06:23 pm

#16

Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : ?? (je me souviens plus dans quel état j'étais en écrivant ce POV ni comment je devais le terminer... >o<)

Un jour, je me suis retrouvée dans... cette position délicate...

C'était le petit matin, je l'entendais par le bruit des oiseaux qui chantaient. J'avais du mal à ouvrir les yeux et je penais à me souvenir de ce que j'avais fait la veille... j'avais fini ma journée de cours et après... ?

Essayant de me réveiller en doucement, je rends compte que je suis sur le ventre, et qu'ils semblait avoir quelqu'un en dessous de moi, à en juger pour les mouvements de ventre que je sentais et qui n'étaient pas les miens. Mais qui ça pouvait bien être... ?! Je commence à bouger doucement les jambes et me rend compte qu'ils sont emmêlés avec ceux de la personne en dessous de moi. Bizarrement, c'est une sensation agréable... après cette tentative de me libérer ratée, je tente de me dégager par les bras, et ait la surprise de retrouver mes doigts emmêlés dans les doigts de cette personne... je commençais à deviner son identité... ça ne pouvait être que "lui"...

J'ouvre les yeux en douceur et me retrouve face-à-face avec le visage endormi de mon petit ami, Kikumaru Eiji... ça a beau faire 2 ans que je suis en couple avec lui, je ne me lasserais jamais de comtempler son visage apaisé, ses traits fins et doux, ses sourcils fins, son nez aux traits marqués, et cette bouche qui savait si bien saisir mes lèvres... mais ça devait être la première fois que je retrouvais aussi près de ce spectacle dont j'aurais voulu qu'il dure encore longtemps...

Je veux immortaliser ce moment... mais pour ça je devais arriver à attraquer mon portable dont je distinguais la forme à côté celui d'Eiji. Si seulement je pouvais prendre une photo de ce visage que j'aimais tant et la conserver précieusement dans mon portable, j'en serais heureuse... je tends le bras et écarquille la main pour essayer d'attraper ce faiseur de souvenirs avant qu'Eiji n'attrape violemment mon bras pour le ramener vers lui.

"Mmmmh... Yoshi-chan... ne pars pas..."

Il m'a fait peur... alors il parlait seulement dans son sommeil ? Mais comment pourrais-je partir avec que je me sens si heureuse dans ses bras ? Trop tard. Je ne pouvais plus rien faire. Je savais que si je faisais le moindre mouvement, Eiji allait encore me retenir pour me ramener vers lui. Je décide alors de ne plus bouger pour le moment et de me réfugier sur son épaule; même si je ne pouvais pas immortaliser ce moment, je savais que d'autres occasions allaient se présenter : après tout, ce ne sera pas la dernière qu'on dormira ensemble !

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    15/07/14, 10:00 pm

#17

Personnage objet du POV : Mizuhashi Kazuya
Sources d'inspiration : Break our balance - Matsuoka Rin (Miyano Mamoru)

Waaaah, déjà le 17ème ?! Je suis trop contente, c'est la première fois que je fais quelque chose qui dure aussi longtemps T__T J'espère arriver au 20ème sans encombres~ ! (─‿‿─)

-------------------------

Il y a quelques jours, papa avait reçu un appel assez paniquée de ma fiancée... enfin, de celle qui l'était sur les papiers. Apparemment, elle voulait un vol le plus vite possible pour les US... enfin, ce n'est pas dans ses habitudes de demander des choses comme ça, parce qu'elle est plutôt du genre à taire ses désirs les plus profonds; mais cette fois, elle avait l'air insistante et déterminée. Ce n'est lorsque papa m'a expliqué la raison que j'ai compris : son petit frère allait partir participer à l'US Open et elle voulait lui faire une surprise en allant sur place l'encourager.

Hum. Peut-être une excuse pour l'attirer vers moi... ?

Je n'avais pas encore prévu de rentrer au Japon; disons je n'étais pas encore préparé. Rester aux US encore un moment me tentait bien, il n'y avait pas de prises de tête et puis, même si je retournais au Japon, j'allais encore me faire embêter à cause de mes cheveux blonds et mes yeux rouges, et puis j'allais aussi garder un petit accent américain à l'oral. Mais surtout, je ne pouvais pas supporter de voir Yoshiko loin de moi : savoir qu'elle est dans le même pays que moi, mais avec les personnes qui comptent maintenant pour elle m'était insupportable. Je savais que j'étais égoïste... et c'est pour ça qu'il valait mieux pour moi que je reste aux Etats-Unis pour le moment.

Je ne sais pas comment papa a fait mais il a réussi à lui dégoter un billet d'avion assez apidement. Enfin, avec ses relations et tout ça, je ne préfère même pas imaginer quels trucs et astuces il a pu déployer pour arriver à ce résultat... mais papa adore Yoshiko. Il la considère comme sa propre fille, alors ce n'était pas étonnant de le voir remuer ciel et terre pour lui obtenir ce qu'elle voulait... et puis c'est tellement rare aussi; dès qu'il a Yoshiko au téléphone, il n'arrête pas d'insister et lui demande s'il y a quelque chose qu'elle voudrait, n'importe ce que ça serait... et elle avait toujours poliment refusé. Maintenant qu'elle a appelé d'elle-même pour lui demander quelque chose, il devait en être très heureux.

Vraiment, ça tombe tellement à pic, j'avais tellement envie de la voir...

Prenant mon téléphone d'un air décontracté et sûr de moi, je compose son numéro en furie. Heureusement pour moi, elle a décroché même en voyant un appel venant de l'international. Je voulais absolument la voir, qu'importe les moyens, alors j'ai joué la carte du chantage : "Si tu ne promets pas de venir me voir dès ton premier jour aux US, j'annule ton voyage." C'était méchant et je ne voulais vraiment pas faire ça, mais il fallait que je la prenne par les sentiments pour au moins la voir une fois. Elle serait prête à tout pour son petit frère, alors c'est un petit sourire au coin que j'attendais sa réponse alors qu'un silence de mort régnait après que je lui ai posé cette "condition".

"... d'accord. Je ne sais pas ce que tu cherches mais si c'est pour Ryô-chan, je le ferais."

Bingo ! Et voilà comment faire pour appâter ma chère fiancée... pour être honnête, j'étais fier de moi. Je ne pouvais m'empêcher de rire de l'intérieur, parce que je savais que j'allais la voir. Enfin... je sentais dans sa voix qu'elle n'était pas enthousiaste à cette idée, mais au moins, j'avais eu ce que je voulais. Comme un garçon pourri-gâté.

Le jour de son arrivée pointait enfin le bout de son nez, et c'est tel un petit garçon attendant ses cadeaux de Noël que je me préparais à accueillir celle que je convoitais tant. J'avais reporté tous mes shootings photos et bien dit à mon manager que je voulais être tranquille ce jour-là.

Personne ne pourra interférer avec ces retrouvailles !

En me dirigeant vers l'aéroport (j'avais pris soin de tout noter la veille), j'étais happé dans mes pensées. Quand je l'avais revue après toutes ces années de séparation, elle était très froide avec moi, comme si elle ne se souvenait plus de ce qu'on avait vécu ensemble... et ce n'est qu'en parlant avec Rinko-obaasan que j'ai appris qu'elle avait effectivement une perte de mémoire partielle permanente... et comme par hasard, la période oubliée est celle qu'elle a passé avec moi ? C'est trop injuste. Je veux qu'elle se souvienne de tout ce qu'elle a vécu avec moi... et je veux qu'elle se souvienne que je lui ai dit que je l'aimais et que je l'attendrais. Cet amour que j'ai pour elle n'a jamais changé. Au fond, je suis resté le même qu'avant ma séparation avec elle : je suis toujours amoureux d'elle. Pourtant, ma personnalité n'empêche d'être réellement honnête avec moi-même... je ressens toujours le besoin de lui "faire du mal" pour qu'elle me remarque... j'ai l'impression qu'elle ne prêtera plus attention à moi si je deviens gentil avec elle.

Arrivé à l'aéroport, je guette avec attention le tableau d'affichage et voit que le vol en provenance de Tokyo vient d'arriver. C'est tout naturellement que je me dirige vers la porte des passagers avec des lunettes de soleil (pour ne pas me faire remarquer), les mains dans les poches et un petit sourire un coin (que je ne pouvais plus retirer). Enfin, celle qui hantait mes rêves les plus fous fait son apparition, une valise assez légère et une tenue tout aussi... légère. C'est vrai qu'il faisait plutôt chaud. Je crie et lui fait signe, et elle me regarde avec des yeux ronds comme deux billes. Effet de surprise, réussi ! M'approchant d'elle et me comportant comme une gentleman, je lui propose de lui porter ses affaires pendant que je lui pose les questions habituelles sur sa santé, son voyage, ...

Ne voulant pas la fatiguer inutilement, je fais appel à un chauffeur de la famille pour nous amener au café dans lequel j'évais pris soin de réserver une table. Quand la serveuse a pris notre commande, j'ai mis les coudes sur la table, mes deux mains sur mes joues, et je la regardais fixement. N'importe quelle fille tomberait sous le charme si je faisais ça...

Regardé blasé voire lassé, Yoshiko faisait la moue. Quoi ? Ma super attaque de beau gosse n'a pas fait effet ? Enfin, c'est de Yoshiko dont on parle, je dois faire preuve de plus de patience si je veux la capturer... !

Notes:
 

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    20/07/14, 05:11 pm

#18

Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Mighty long fall - ONE OK ROCK
Sword Art Online II- Shino-chan ♥

Depuis cet incident qui s'est produit alors que j'étais encore à l'école primaire où des garçons m'avaient encerclée pour me provoquer au combat après avoir vu mon combat de karaté, j'avais développé cette phobie de la gente masculine. Evidemment, mes frères et mon père y faisaient exception, mais depuis ce moment, je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir peur des garçons et des hommes qui s'approchaient de moi...

C'est alors que j'ai voulu devenir l'un d'entre eux. Devenir moi-même un garçon, pour combattre cette peur que j'avais d'eux. Je les craignais mais dans le même temps, je les admirais : cette force, cette prestance, ce charisme... ce seront des choses que je n'aurais jamais. Je me suis mise à maudir ma condition féminine... je voulais rejeter toute once de féminité en moi. "C'est parce que je suis une fille que je suis aussi faible" était ce que je me disais.

Le temps a passé, et cette phobie n'avait jamais vraiment disparu. On me prenait souvent pour un garçon à l'école primaire parce que j'avais les cheveux courts et des manières très masculines, et c'est ainsi que des garçons m'approchaient... je les rejetais tous; encore cette phobie. Les filles, quant à elles, développaient une réaction de rejet à mon égard... mais ce n'était pas grave. Etre seule me convenait très bien aussi.

Au moment de rentrer au collège, j'avoue que je n'y pensais plus vraiment. Je me disais que j'allais encore me retrouver seule, que les filles allaient me rejeter et que j'allais moi-même rejeter les garçons qui allaient m'approcher. Je m'étais psychologiquement préparée... mon frère me suffisait, maintenant que Ryô-nii était parti. Les garçons ne me feront décidément que du mal, que ce soit physiquement ou moralement parlant. Je les déteste... je les déteste tous.

Et puis... je l'ai rencontré.

Il avait une aura très masculine, un regard sérieux, des manières raffinées et... je ne sais pas, je me suis dit à ce moment-là que lui n'était pas un garçon comme les autres. Il avait cette caractéristique que les autres n'avaient pas. Il aurait pu faire partie des garçons qui auraient pu me faire peur, mais ça n'a pas été le cas... je n'ai eu peur de lui qu'une seule fois : quand il m'a regardée avec un regard très aggressif tout en "m'enfermant" contre un grillage... mais malgré tout, Mitsu-chan est devenu mon meilleur des meilleurs amis et le garçon que je respecte le plus.

Avant, je ne regardais pas Shuichirôh comme un garçon... ni comme une fille d'ailleurs. Je n'y avais pas vraiment réfléchi. Il m'avait adressé la parole et depuis je le considérais comme un bon ami. On se parlait de tout et de rien, et je me sentais tellement à l'aise avec lui que je n'y pensais pas.

Quant à Eiji... je le voyais comme une fille avant. Enfin, pour être plus exacte, je ne le voyais pas comme un garçon. Disons qu'il était une espèce non identifiée ? Un alien qui était venu sur Terre avec ses acrobaties ? Et puis, quand il est devenu mon petit ami, évidemment j'ai changé mon regard sur lui : il était un garçon, mais c'était le garçon que j'aimais... enfin, il n'en restait pas moins de l'espèce masculine, et je ne pouvais pas m'empêcher d'avoir peur quand il se penchait de manière trop "suggestive" sur moi...

Quoiqu'il en soit, je vais continuer à avancer... sûrement avec cette peur au ventre, mais avec des garçons dont je connais la valeur et que j'adore plus que tout !

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »


Last edited by Emi-chan on 09/05/15, 12:06 am; edited 1 time in total
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    10/08/14, 02:02 pm

#19

Personnage objet du POV : Echizen Yoshiko
Sources d'inspiration : Last chance - Inui x Kaidôh
Star line - 7!! (instrumental)
Up all night - Owl city
Startear - Haruna Luna (relecture)

Et voici le POV #19~ ! J'avais franchement pas envie de l'écrire au début, mais c'est en disant "Ah, il faut que j'écrive le POV #20 en song-fic !" que je me suis rendue compte que y'avait pas de #19... alors me voilà~ !
C'est la version en POV de la situation "Parti vite et revenu trop tard" ^__^
Je me suis dit que c'était une bonne idée d'avoir les deux points de vue, en interne et externe; en plus, comme je suis pas douée en POV externe (même si j'essaie de m'améliorer de ce côté), ça donne encore plus d'indication... ! Et puis décidément, j'aime toujours autant écrire en POV *o* (ça m'avait manqué !)
Spoiler:
 

---------------------------

Le temps avait passé depuis ma rupture avec Eiji… combien, je ne serais pas dire exactement. Ce qui était sûr, c’est que la cicatrice que m’avait fait cet événement était encore bien saillante. Elle était ancrée en moi, je la ressentais encore… comme « s’il » me disait de ne pas l’oublier. Cependant, j’allais mieux : je sortais, je bougeais, je mangeais, je souriais…

Mais je me sentais seule.

Mon petit frère était parti à la poursuite de ses rêves en Amérique, et je n’avais pas osé prendre contact avec Kumiko après ce qu’il s’était passé : j’étais sûre qu’elle allait me dire que j’avais fait la plus grande erreur de ma vie, avant qu’elle ne m’insulte de tous les noms. Quant à mon meilleur ami… cela faisait des années qui était parti sans me dire un mot, et qu’il n’avait pas donné de nouvelles. C’était une triste coïncidence : j’avais rompu justement parce que j’avais réalisé mes sentiments pour lui, mais il n’était pas là… et s’il ne revenait pas, je ne pourrais jamais les lui transmettre.
Je pensais à lui tous les jours, parce que maintenant que je m’étais libérée de ces chaînes –ma relation avec Eiji–, je n’avais plus à me contrôler de ce niveau-là… je laissais libre court à mes pensées.  Maintenant que j’y pense, ça a toujours été comme ça ; il a toujours été le premier à hanter mes pensées, avant quiconque d’autre. Penser à lui me rendait heureuse, parce que j’étais amoureuse évidemment, mais aussi parce que je me souvenais de tous ces moments que j’avais passés avec lui, de tous les mots qu’on s’est échangés, de tous ces moments de silence qui en disaient longs…

Et de cette promesse qu’il m’avait faite en fin de Troisième année.
« Peu importe le temps qui passera, je viendrai te chercher… »

Ces mots m’intriguaient, je ne saisissais pas vraiment leur sens ; c’est vrai que j’avais fait un grand « pas en avant » en lui donnant cette lettre d’amour que j’avais écrite en Première année, mais je ne lui avais pas dit que j’avais encore des sentiments pour lui… et en plus, j’étais en couple ! Je ne sais pas comment… mais il l’a sûrement deviné. On avait cette faculté de meilleurs amis à se comprendre rien qu’avec notre regard… !

En bref : j’étais amoureuse de lui, je le reconnaissais pleinement et sereinement… mais le problème était que je ne pouvais pas lui dire à quel point je l’aimais… Et puis, avouons-le aussi, je lui en voulais pour être parti sans rien me dire, sans me donner de nouvelles et sans répondre aux lettres que je lui écrivais. Je l’aimais mais je lui en voulais ; c’était à la fois paradoxal, contradictoire… et assez pesant.

C’est la tête pleine de ces pensées qu’un jour, on sonne à la porte :

« Yoshiko, c’est pour toi !! »

Hein ? Pourquoi maman a une pointe d’excitation dans la voix ? Non… ce n’était même pas « une pointe » d’excitation, c’était carrément comme si elle m’avait chanté cette simple phrase ! Qui est-ce que ça pouvait bien être ? Tout le monde me venait à l’esprit, parce que j’avais passé ces dernières semaines en conditions d’ermite, sans voir ni parler à personne…

En descendant les escaliers calmement, je m’attendais à voir n’importe qui. Oui, n’importe qui.
A part peut-être celui qui s’était effectivement présenté chez moi à ce moment-là… qui avait eu le culot de venir chez moi après ce qu’il avait fait.

« Regarde, c'est Tezuka-kun ! Qu'il a bien grandi... ah, j'ai vu tes performances à la télé ! Tu es bien classé en ce moment en tant que professionnel non ?
- Oui... »

J’étais… étonnée. Paralysée sur le pas de l’escalier, je n’osais plus bouger. Mon cœur m’avait donné le signal : c’était bien lui. C’était bien le garçon dont j’étais amoureuse. Maman me regarde avec un grand sourire avant de me dire :

« Qu'est-ce que tu attends ? Viens donc le saluer ! »

Il y a eu un petit moment d’euphorie qui est passé par mon cerveau, je le reconnais ; mais c’est en pensant à ce qu’il avait fait que je reprends rapidement mon sang froid… et mon sentiment de colère était plus fort que tout.

5 ans avaient passé.
Ce visage.
Ces yeux.
Ce nez.
Cette bouche.
Ce corps.
Il avait changé… il avait grandi, s’était visiblement renforcé musculairement et… l’atmosphère autour de lui était celui… d’une personne qui s’est accomplie. Pourtant, je le reconnaissais. Je savais que c’était lui…

Parce que je l’aimais.

« Stupide. Idiot. Pathétique. Tu reviens donc après toutes ces années d'absence ? Tu veux me narguer c'est ça ? » ; ces trois premiers adjectifs étaient pour moi : je l’aimais mais lui voulais. Je l’aimais malgré toutes ces années et malgré tout le mal qu’il m’avait fait subir. Et maintenant, il venait me voir comme si de rien n’était ? Il n’y avait rien de plus fort que ces trois mots là pour l’exprimer. Cette question d’après était celle que je voulais lui lancer à la figure en guise de salutation. Mais bon… je me suis retenue.

« Ah, Mitsu-chan... tu es revenu...
- Oui.
- Pourquoi ? »

Non pas le « pourquoi » conventionnel, mais celui-ci était large ; il englobait plusieurs questions : pourquoi chez moi ? Pourquoi tu es parti sans rien dire ? Pourquoi tu reviens sans me prévenir ? Pourquoi je t'aime autant ?

« ... je suis venu te chercher.
- Quoi ? »

Cette promesse à la fin de la 3ème année refaisait surface.

« Fuji m'a tenu au courant... je sais que tu as rompu avec Kikumaru. Je sais que ce n'est pas le bon moment mais...
- Te fous pas de moi...
- Pardon ?
- ...
- Je... je t'aime Yoshiko. J'aimerais pouvoir être à tes côtés à partir de maintenant. »

Je ne comprenais plus rien. Il me disait qu’il m’aimait ? Par pitié ? Parce qu’il le savait ? Il veut jouer avec mon cœur et mes sentiments ? Je ne lui pardonnerais pas si c’est le cas. Je voulais m’enfuir à ce moment précis. Mon cœur battait à un rythme infernal, j’avais du mal à respirer, les larmes me perlaient aux yeux… je l’aimais mais je lui en voulais. Je n’arrivais pas à faire la part entre ces deux sentiments contradictoires.

Maman était encore là, je sentais sa présence derrière mon dos. Je ne savais pas quoi dire alors je me suis contentée de baisser la tête, comme si je n’avais rien entendu.  Il s’avance à mon niveau et s’adresse à maman :

« Je viens effectivement de me confesser à votre fille. Je suis amoureux de Yoshiko. »

Ces mots retentissaient dans mes oreilles. Il blague j’espère ? C’est aussi marrant de jouer avec mes sentiments ? J’avais sérieusement envie de pleurer. Combien de fois est-ce qu’il devra me faire du mal avant d’être satisfait ? Combien de temps est-ce qu’il compte hanter mes pensées comme ça ?
Ilse remet en face de moi et je sentais qu’il attendait une réponse de ma part. Ces soupçons se confirment lorsqu’il reprend la parole :

« Yoshiko... ? Je te le répéterais autant de fois que tu le voudras mais je t'aime. Je t'aime vraiment. »

Pourquoi est-ce qu’il devait prononcer mon prénom avec cette voix que j’aimais tant ? Pourquoi est-ce qu’il ne pouvait pas m’appeler comme il en avait l’habitude avant ? Les personnes changent… je devais me faire à cette fatalité. Mon niveau de colère avait atteint un point culminant. Je ne contrôlais plus mes gestes… et c’est ainsi que j’ai levé ma main avant de la balancer à toute vitesse sur sa joue. Il avait peut-être grandi mais je pouvais encore atteindre son visage avec mon petit bras.

« Te fous pas de moi !!! Tu crois vraiment que je vais te croire ?! Tu pars comme ça sans rien me dire, et tu reviens aussi comme ça ?! Tu crois vraiment que ça marche comme ça ?! Je te déteste !!! Va-t’en et ne reviens jamais espèce d'idiot !!! »

Ça non plus je ne l’avais pas contrôlé. C’est les dents serrés que je remonte les escaliers en trombe avant de m’enfermer dans ma chambre.

… ce geste m’a valu encore une fois d’entrer dans une période noire de ma vie.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    27/09/14, 10:30 pm

#20

Personnage objet du POV : Nagano Kozuki (Haikyuu!!)
Sources d'inspiration : Ce post ♥

Le 20ème POV, et ce, depuis que le topic s'est ouvert il y a 4 ans ! 8'D Je suis vraiment contente d'avoir un aperçu au fil des années de mon style d'écriture =o
Je suis fatiguée et mon inspiration s'est fait la malle, mais je me devais de fêter à ma manière l'anniversaire de mon Tsukki chéri ♥ Je ne promets pas de la grande écriture, mais je vais faire de mon mieux ! o/
Ceci signe le premier POV d'un des mes OCs du monde de Haikyuu ! Honnêtement je suis en terre inconnue - je ne sais pas du tout où je mets les pieds... mais trêve de blabla !

--------------------

Tous les ans, c'était la même chose; à ce jour, ce moment... ce jour de 27 septembre, je me devais d'être là pour celui qui m'était le plus cher au monde... en effet, ce jour marquait la venue au monde de Tsukishima Kei, ce garçon dont je suis amoureuse depuis quelques années déjà. Il est plutôt du genre cool et distant, tandis que je suis plutôt sociable mais venue d'un autre monde... un "alien" dirons certains. Pour lui par contre, je ne suis qu'un singe qui dépense inutilement son énergie à faire des choses tout aussi inutiles... mais je m'étais habituée à ces petites piques, et ai appris à les aimer comme partie intégrante de lui.

Ce matin-là, je me lève comme d'habitude sans difficulté, mais avec une pointe d'impatience en plus : j'allais pouvoir fêter son anniversaire... avec lui ! La veille, j'avais préparé un shortcake que j'avais soigneusement décoré et emballé. C'est avec un grand sourire aux lèvres que je me prépare et me dirige vers le lycée pour mes cours théoriques d'athlétisme. Je regrettais un peu de ne pas pouvoir le réveiller pour un jour aussi important, mais je n'avais pas le choix. Après avoir laissé échappé un petit soupir en signe de mécontentement - parce qu'il fallait que je le laisse sortir -, je me reprends et sourit immédiatement. Je savais qu'un moment important m'attendait après cette journée. J'avais envoyé un message à Kei-chan en lui disant que je l'attendrais devant le gymnase après son entraînement. Je savais que Tadashi avait sûrement préparé quelque chose aussi, mais je me devais de le faire aussi, pour lui exprimer tout mon amour.

Le soir après les cours, je l'attends fébrilement. Je n'arrive pas à tenir en place et fait les 100 pas sous le préau. Je me sens nerveuse, je tremble et perd toute capacité de concentration. Devant Kei-chan, je faisais de mon mieux pour réprimer tout signe d'excitation, parce que je savais qu'il n'aimait pas les personnes qui s'emflamment pour un rien. Rien que le fait de penser à lui à côté de moi, à sa chaleur se mêlant à la mienne, à sa respiration, ses petites manières... et je pouvais déjà m'envoler au paradis... un peu rêveuse, je balance ma tête d'un côté et d'un autre, les yeux fermés, chantonnant un peu, et laissant échapper parfois des soupirs de bonheur : j'étais entrée dans ma phase de fantasmes sur Kei-chan.

Mon imagination était partie très loin, au point même où je l'imaginer m'embrasser, le prendre la main et me murmurer des mots doux... bien que ça n'arrivera jamais dans la réalité, je me devais me rendre à l'évidence. Toujours dans une espèce de "transe", j'entends un voix me parvenir à l'oreille.

"Hey."

Je rouvre les yeux en panique, et voit l'objet de mes fantasmes se matérialiser devant moi. Ou, pour parler de façon plus réaliste, Kei-chan avait terminé son entraînement et m'avait rejoint sous le préau, en compagnie de Tadashi. Je cligne des yeux quelques secondes avant de me rendre compte que tout ceci était bien réel. Je lâche mes sacs, prend de l'élan avant de me jeter à son cou. Je ne l'avais pas vu depuis la veille et je n'avais pas pu le réveiller ce matin alors... il m'avait manqué.

"Kei-chan ! Kei-chan ! Joyeux anniversaire !!"

Tadashi qui était à côté de nous pouffe de rire et nous regarde d'un air bienveillant.

"Eh ben, quelqu'un avait l'air de t'attendre impatiemment, Tsukki.
- La ferme Yamaguchi. Et lâche-moi le singe, t'es lourde.
- Désolé, Tsukki !"

Ignorant sa demande, je lui serre encore plus le cou pour m'imprégner de son odeur... ce parfum d'homme que j'aimais tant... mon préféré. Kei-chan avait l'air un peu gêné parce qu'il essayait de me repousser, et je savais qu'il voulait faire attention à moi parce qu'il venait de sortir de l'entraînement... mais ce genre de choses ne me gênait pas, surtout venant de lui. Je me retire finalement de l'étreinte que j'avais initiée avant de me planter devant lui et lui dire de venir chez moi parce que j'avais une surprise pour lui. Il me regarde d'un air méfiant d'abord, avant d'accepter du bout des lèvres.

"... d'accord."

On allait partir quand Tadashi prend la parole.

"On a déjà fêté l'anniversaire de Tsukki avec toute l'équipe ! C'était convivial et assez amusant. Je suis sûr que Tsukki était très content !
- ... pas spécialement.
- Aaah, tu dis ça mais je suis sûr que tu penses quand même quelque chose de positif !
- C'était juste gênant. Bon on y va ? Je veux en finir au plus vite."

C'est dans un paysage de nuit tombante que l'on prend le chemin de la maison. Etre à côté de lui me rendait plus que tout nerveuse, mais j'essaiyais de faire mon mieux pour ne pas le laisser paraître. Je ne sais pas comment, mais nous sommes arrivés miraculeusement. Dans l'entrée, il pose ses sacs puis reste planté devant la porte. Je lui fais une tête perplexe, sous entendant qu'il était comme chez lui ici, et il se dirige vers la cuisine, où j'avais déjà dit à maman de mettre le gâteau sur la table. Au moment où il a vu ça, j'ai cru voir un semblant de sourire se dessiner sur son visage. Il s'assoit en silence et je lui sert une part de son gâteau préféré :

"Joyeux anniversaire, Kei-chan !!
- Hum... merci..."

Je le fixe du regard tandis qu'il dirige la première bouchée du gâteau dans sa bouche. Il ferme les yeux, mâche un peu, et j'attends sa réaction...

"... c'est pas trop mal."

Ces quelques mots m'ont réchauffé le coeur... et c'est comme ça que j'ai fêté l'anniversaire de mon Kei-chan !

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    19/10/14, 08:29 pm

#21

Personnage objet du POV : Nagano Kozuki (Haikyuu!!)
Sources d'inspiration : L'album "Will" de Yasuda Rei ♥

--------------------

Le paysage autour de moi avait toujours cette monotonie à laquelle je m'étais habituée avec le temps... je savais que quelque chose n'allait pas avec moi, que j'étais différente des autres, et qu'il y en aurait toujours pour dire de mauvaises choses sur moi; malgré tout ça, je ne me laissais pas abattre, essayant de sourire à tout le monde, à ce monde et ses injustices. Il y avait des moments pendant lesquelles je remettais en question ma propre existence : Yuzu m'avait dit que j'allais détruire mon entourage un jour ou l'autre, alors à quoi bon... ?

La vie pour moi avait le même goût : du sucré, de l'acide, de l'amer, du salé... mais tout ça était devenu une routine pour moi; et finalement, le monde était devenu le seul refuge que j'avais, alors même que j'étais un extraterrestre ayant perdu toute notion de son refuge et monde initial. Quoi de plus ennuyeux que de voir défiler des personnes dont j'oubliais le visage aussitôt qu'elles étaient disparues ? A part mes parents et Yuzu, personne ne piquait ma curiosité, mon attention. Je m'étais alors préparée à vivre dans cet endroit devenu étouffant pour moi, sans aucune nouvelle saveur ni aucune excitation. Existera t-il un jour quelque chose capable de faire battre mon coeur à n'en plus pouvoir ? Un chose qui me retiendrait dans cet endroit, dans cette dimension, dans ce temps, cette époque ?

C'est à ce moment-là que tu es apparu.

Toi, qui a commencé à éclairer mes nuits de solitude de ton rayon de lumière doux et à la fois aveuglant, toi qui es le seul à briller à mes yeux, tel un joyau; tu es le seul à pouvoir faire battre mon coeur comme il le fait quand je te vois, quand je pense à toi, quand ton odeur effleure mon nez...

Je me suis mise à détester les jours de pluie et les nuits où je ne te voyais pas; mais heureusement, la lune est toujours là, même quand je ne te voyais pas de mes yeux aveuglés par mon ignorance de ce "sentiment"...

Kei-chan, est-ce que tu seras toujours là pour moi ?

Spoiler:
 

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    19/10/14, 09:25 pm

#22

Personnage objet du POV : Tsukishima Kei (Haikyuu!!)
Sources d'inspiration : Inside out - Yasuda Rei ♥

Avis aux lecteurs : par mesure de sécurité, veuillez mettre un casque de protection et veillez à vous protéger de la tête aux pieds... NOUS ENTRONS SUR UN TERRAIN MINE !!! 8'D En ce qui concerne Emi, elle va simplement y entrer en tee-shirt, short, et tongs. Il fait beau, alors allons à la plage !!! OTL
Dit de manière plus rationnelle : c'est la première fois que j'écris en POV Tsukki et honnêtement j'ai aucune confiance, haha (comme d'habitude lol). En plus d'entrer en terrain inconnu, j'entre en terrain miné... NAAAOOOOON >o<

--------------------

"La lune solitaire éclairant la nuit sombre et infinie par ses rayons de lumières."
Depuis petit, je n'étais pas particulièrement curieux et la vie ne m'intéressait pas plus que ça. J'étais le plus grand de la classe, j'avais de bons résultats, je répondais aux attentes de mes parents... alors, que demander de plus ? Tant que je continuerai à me comporter comme ça, je pourrais mener une vie tranquille sans personne pour m'importurner. Il y avait évidemment des filles pour faire les hytstériques à chaque fois que je faisais quelque chose, et les gars qui disaient de moi que j'étais arrogant et prétentieux...

Mais honnêtement, qu'est-ce que j'en avais à faire ?

Il n'y avait que devant mon frère que je souriais, et que je me comportais comme un petit garçon normal : lui que j'admirais tant était devenu en quelque sorte mon but à atteindre. Je rêvais de devenir un joueur de volleyball aussi doué que lui, et jouer dans la même équipe que lui.
A l'école, je passais la plupart de mes journées seul. Ma place était dans le fond près de la fenêtre, je pouvais regarder un bout de l'immensité du ciel de ma place : je me sentais soudainement grand et important, pour aucune raison apparente.

Un jour, le sujet de "l'amour" était devenu populaire dans la classe alors je n'entendais parler que de ça. Pas plus intéressé, je regardais Yamaguchi qui m'en parlait de manière neutre. Je n'avais pas de temps à perdre avec ça. Quelque chose pour perturber ma douce petite routine ? Il n'en était pas question.

Mais... est-ce que j'allais rencontrer quelqu'un qui allait "faire battre mon coeur à n'en plus pouvoir" ? Bah... pas que j'en accorde beaucoup plus d'importance de toute façon.

~~~

Me voilà dans une situation que je n'ai jamais connue auparavant. Pourquoi est-ce que j'ai l'impression de jouer un match de volleyball alors que je suis immobile ? Je stresse alors qu'il n'y a aucun enjeu à "cette" situation... Le rythme de mes battements de coeur s'accélèrent soudainement. Je n'ai pas peur, mais c'est la première fois que ça arrive. Elle avait ses bras autour de mon cou, je pouvais sentir sa chaleur m'envelopper.

C'était ça, de sentir la chaleur d'une autre personne ?

Elle m'énervait plus que tout, depuis qu'on s'était connus, à toujours me coller, m'appeler par mon prénom, me montrer tous les jours à quel point elle "tenait à moi". Je n'ai pas besoin de ces choses, elles me sont inutiles. A quoi bon s'encombrer quand on peut partir léger ? Je la repousse, à mon habitude : "Lâche-moi le singe !"

"Non, je ne te lâcherais pas ! Jamais ! Je ne te lâcherai pas, Kei-chan..."

Ca alors, qu'elle était tenace, comme une tâche sur une table que l'on peut pas enlever alors qu'on a beau frotter. Je la vois sérieusement comme une nuisance. De quel droit est-ce qu'elle est entrée dans ma vie pour ne m'apporter que des ennuis ?

... et pourquoi est-ce qu'elle me fait ressentir des sentiments nouveaux ? Mon coeur ne pourrait pas le supporter. Je me sentais mieux dans ma routine.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    09/11/14, 07:26 pm

#24

Personnage objet du POV : Yamaguchi Tadashi (Haikyuu!!)
Sources d'inspiration : Elementario de aimashou ! - Brillant4

Spoiler:
 
~~~

Je n'ai jamais été populaire avec les filles, et je passais mon temps à toujours regarder les autres garçons recevoir des chocolats de la Saint Valentin avec envie. Moi qui ait toujours été la cinquième roue du carrosse, que personne n'aimait et qui s'est toujours fait embêter par les autres...

Un jour de ma Première année de lycée, une fille s'est confessé à moi. C'était dans l'entrée de l'établissement, avant d'atteindre les casiers...

"Ta- Tadashi... ! J'ai toujours voulu te le dire mais... mais... je t'aime ! S'il te plaît sors avec moi !"

A ce moment-là, mon coeur s'est soudainement mis à battre la chamade, et je dirais même qu'il allait exploser. Je ne pouvais plus rien dire, et dans ma tête, tout était devenu blanc. Je n'osais pas regarder la personne qui m'a dit tous ces mots... je reviens à la réalité, un moment, un instant, et reconnait mon amie d'enfance...

Nagano Kozuki.

Quelque chose ne va pas. Je calme mes ardeurs et commence à réfléchir calmement : je savais qu'elle aimait Tsukki et qu'elle me considérait seulement comme un ami... mais pour qu'elle me regarde avec un air si sérieux les joues rougissantes, quelque chose a dû se passer... mais quoi ? Je ne sais pas si je dois attendre qu'elle me dise quelque chose ou si je dois répondre. Je commence à ouvrir la bouche, en espérant qu'un son en sorte mais elle m'interrompt.

"... Aaaah, c'était embarrassant ! Alors Tadashi, je t'ai fait de l'effet ? Ton coeur bat vite ? Je t'ai fait rougir ? Est-ce que j'ai été convainquante ? Je t'ai capturé le coeur ? Allez allez dis-le moi !!" me dit-elle tout en se rapprochant de moi, faisant la moue.

"Je... pouah, tu m'as fait peur, lui répondis-je tout en prenant une bouffée d'air, je... j'aurais vraiment cru que c'était authentique !!"

Elle me fait un grand sourire montrant toutes ses dents et brandit deux doigts en signe de victoire : "Yay ! Dans ce cas, ça va peut-être marcher avec Kei-chan !"; revenant à une expression demi-sérieuse, elle lève le bras et brandit le poing avant de presque crier : "Yosh, je vais faire de mon mieux !" puis elle aquiesce à sa propre parole.

"Il s'est passé quelque chose avec Tsukki... ?" lui demandais-je, inquiet. Elle dirige son regard vers moi, et l'air innocent, penche sa tête et me répond : "Ah oui c'est vrai, je t'ai l'ai pas dit Tadashi ! Je me suis confessée à Kei-chan mais il m'a rejettée !"; J'écarquille les yeux, à demi surpris et compatissant : "Eh... ? Mais... comment tu peux dire ce genre de choses avec autant d'entrain... ? Tu n'es pas triste... ?"; elle me regarde avec des yeux ronds comme du merlan frit avant de papillonner des yeux : "Huh ?"

En regardant son visage, je voyais qu'elle faisait semblant. Elle avait de grosses cernes et des yeux rougis... alors Tsukki l'avait vraiment rejettée ?

"Qu-- qu'est-ce que tu comptes faire... ?"

Elle se positionne devant moi, le corps raidi, les bras le long du corps, et m'annonce : "Si je me suis fait rejettée, c'est parce que je manque d'expérience, comme les MMORPG ! Tadashi, tu sais comment l'hipopotame se prépare au combat ?! Il plonge dans l'eau et KA-BOOM !!"

Je lui lance presqu'intinctivement un regard perplexe. Pourquoi elle devait encore utiliser ses exemples bizarres à n'y rien comprendre ? Détournant les yeux, je ne saisis pas le sens de toute cette comédie. Sans réponse de ma part, elle continue, cette fois en prenant une voix sérieuse :

"Tadashi, j'ai besoin de ton aide... est-ce que tu veux bien m'aider à gagner de l'expérience ? Si je te répète que "je t'aime", je devrais pouvoir gagner un niveau ? Alors peut-être qu'il... acceptera mes sentiments..."

En disant ces derniers mots, elle me prend la main et m'agrippe les doigts, avant de presque me supplier.

"Tadashi... s'il te plaît... tu es le seul sur qui je peux compter maintenant."

Je sentais sa main tremblante sur la mienne. Je ne voyais pas son expression parce qu'elle avait la tête baissée, mais je ne voudrais pas imaginer la tête qu'elle fait maintenant. Si mon amie d'enfance est aussi désespérée de recevoir mon aide, si elle accepte de compter sur un garçon comme moi qui est si peu digne de confiance... alors je n'ai pas de raison de refuser.

"D'accord, je deviendrais ton partenaire de confession."

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    15/11/14, 10:01 pm

#25

Personnage objet du POV : Nagano Kozuki
Sources d'inspiration : Courage - Tomatsu Haruka (SAO II OP 2)

Marcher seule, se rendre compte que toutes les personnes que je vois sont toutes pareilles, et finalement, les oublier, comme des flammes qui s'éteindraient toutes... puis, le noir complet. Je monte des escaliers, rythmée par les paroles d'une masse de personnes : "Tu as les capacités. Tu iras loin. Tu es un génie. Tu es surdouée. Tu n'es pas comme les autres." Je les entends mais je ne les vois pas. Qui sont-ils ?

Je cherchais encore des présences sur mon chemin désespérément vide. Je me retrouvais dans une solitude évidente et forcée... encore. Je réfléchissais au sens de mon existence, à ce pourquoi j'avais été amenée ici... est-ce que j'avais perdu ma route et tout espoir de voir la lumière ?

C'est à ce moment que mon ciel s'est éclairé, que la lune est apparue, et qu'un chemin d'étoiles scintillantes s'est dressé devant moi.

Ricchan, Kei-chan, Tadashi... vous êtes ce genre d'existence pour moi. Je ne serais jamais assez reconnaissante de vous avoir rencontré et de vous aimer autant que je vous aime maintenant.

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Re: Les points of view~    07/12/14, 02:45 pm

#26

Personnage objet du POV : Yamaguchi Tadashi
Sources d'inspiration : Courage - Tomatsu Haruka (SAO II OP 2)
Kimiuso

Je suis un peu nerveuse parce que ça fait longtemps que j'ai rien écrit, et demain commence ma semaine infernale alors écrire devrait être la dernière chose que je devrais faire, mais malgré tout j'aimerais écrire >o<

---------------

Mes pieds flottant dans l'air.
Cette odeur sucrée parvenant à mes narines.
Ces petites mains et ce petit dos me soutenant.
Cette présence rassurante.
Celle qui a toujours été là pour moi.

En primaire, il y a eu un jour où je suis revenu d'une journée où j'avais joué dans le parc avec Kozuki. On a sûrement été un peu trop turbulents, et moi étant très maladroit, je suis tombé et ai saigné du genou. Ce n'était pas si grave, en y repensant... mais étant habitué à être embêté, je ne pouvais pas m'empêcher de pleurer. Il me semble qu'elle aussi s'était blessée, et encore plus "gravement" que moi; malgré tout, elle m'a tendu la main, et m'a proposé de me raccompagner chez moi sur le dos. Elle avait l'air apeurée en me demandant ça... et je ne pouvais rien répondre, juste pleurer de plus belle, encore plus fort.

En marchant sur la longue allée qui devait me raccompagner chez nous, elle marche doucement : j'étais sur son dos, et elle aussi était blessée, même si elle ne voulait rien dire... je me sentais apaisé; pourtant, dès que je sentais mon genou picoter, je pouvais pas m'empêcher de sangloter de plus belle... pathétique pour un garçon, n'est-ce pas ?

"Arrête de pleurer Tadashiiii~ ! T'es un homme ou quoi ?!
- M-- Mais... mais... ça fait maaaaal !!
- Roh, si Tsukishima-kun te voyait dans cet état, il dirait encore que tu es pathétique.
- C'est... c'est pas grave... ouuuh..."

Elle était la seule à me voir dans cet état... je n'osais pas me comporter comme ça en présence de Tsukki et surtout pas avec Eri. Je me disais qu'il serait bien un jour que je lui rende la pareille, quand je serais devenu un homme fort et capable de pouvoir la porter sur mon dos comme elle l'avait fait...

Ce jour pourrait être beaucoup plus proche que je ne le crois.

Spoiler:
 

_________________
Tsukishima Kei worshipper
Member of Yamaguchi Tadashi's Protection Squad
Hopelessly addicted to Oikawa Tooru
Iwaizumi Hajime is the ace of my heart (officially of Aoba Johsai)

« I met the girl under full-bloomed cherry blossoms,
and my fate has begun to change. »
Back to top Go down
View user profile
Sponsored content




PostSubject: Re: Les points of view~    

Back to top Go down
 
Les points of view~
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 2Go to page : 1, 2  Next
 Similar topics
-
» [HD2] Street view et bousolle
» view NX 2
» Points communs entre les acteurs/actrices de la série!
» laurent - Garde Impériale 5000 points - Terminé
» WWE Pay-Per-View Series : Over The Limit

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Rule the court :: Autres-
Jump to: