Forum test d'Emi-chan
 
HomeFAQSearchMemberlistUsergroupsRegisterLog in

Share | 
 

 Histoire du tennis club féminin de Seigaku~

View previous topic View next topic Go down 
AuthorMessage
Emi-chan
Everything is Tsukki and nothing hurts (or not)
avatar

Messages : 956
Date d'inscription : 2008-08-25
Age : 22
Localisation : Entourée par mes bishonen~

PostSubject: Histoire du tennis club féminin de Seigaku~   21/04/12, 10:09 pm

Avant que Yoshiko n’arrive et ne devienne le capitaine, ce club n’était pas organisé : pas de titulaires, pas de coach, pas de hiérarchie, et encore moins de compétition. En fait, il a été créé dans le but d’imiter le tennis club masculin ; de ce fait, il ne rassemblait que les membres des fan-clubs des titulaires masculins. De plus, la proximité des courts des deux clubs renforçait cette imitation et le caractère proche du club.

« Hey, et si on allait voir le match de Tezuka-sama ? »


Yoshiko s’est inscrite lorsqu’elle était en fin de première année (dans le but de s’améliorer et de conquérir Tezuka), suivie par sa meilleure amie, Kumiko. Cependant, après plusieurs semaines, Kumiko ne venait plus, au profit du club de gymnastique : peu importe, car dans ce club, on s’inscrivait, et on venait quand on voulait… plusieurs membres étaient devenus fantômes au bout d’un certain temps.

« Désolée, Yoshi’… je suis tellement mauvaise dans ce sport que je préfère me reconvertir à la gymnastique. » - Kumiko.

Ainsi, Yoshiko s’était peu à peu recluse, et ne parlait à personne. Même après son passage en deuxième année, elle se contentait de venir tous les jours et de s’entraîner… toute seule. Les filles qui étaient membres étaient des espèces de pestes prétentieuses commères et par-dessus le marché, stupides. Yamada Asami (celle qui deviendra sa rivale) en faisait partie, accompagnée par ses toutous, des filles qui la fréquentait sûrement par intérêt, vu le grand patrimoine familial dont elle allait hériter.

« Soyez reconnaissants de ma venue dans ce collège ! Moi, la grande Asami Yamada, vais devenir le centre d’intérêt de tout le monde ! Mouhahaha ! » - Asami.

Les jours passèrent et arriva le moment où le principal décida de mettre un place un rassemblement mensuel des meneurs des clubs, pour faire le bilan de chacun : activités, subventions éventuelles, inscriptions de membres, ...
Le problème se posa alors pour le tennis club féminin : c’était certes un club, qui rassemblait assez de membres pour subsister, mais qui n’avait pas de meneur… c’est comme ça que la bataille pour savoir qui allait être le capitaine du club de tennis féminin commença. Evidemment, Asami se présenta spontanément, et son fan-club la soutenait comme jamais. Il y avait aussi d’autres candidates, plus discrètes cependant, comme Akashiya Keiko, soutenue par ses amies Sayuri, Mariko et Kazumi.

« Tu peux devenir capitaine, Kei-chan ! Ta rigueur et ton sérieux ne peuvent que payer ! » - Kazumi à Keiko.


Yoshiko ne prit pas part à cette bataille, et préféra rester fidèle à elle-même, à savoir : venir tous les jours, et s’entraîner jusqu’à l’épuisement. Cet acharnement lui valut d’ailleurs les moqueries des autres membres, qui la trouvèrent trop coincée, froide et pas assez ouverte d’esprit. Mais ces jugements cessèrent le jour où un groupe d’amies faisant partie du club la virent s’entraîner sur un terrain vague contre des garçons. Ce jour-là, elle les avait tous battu à plate couture.

« Ecoutez-moi ça… cette coincée a réussi à battre 5 garçons en ne concédant pas un seul point ! »


Le lendemain, la rumeur avait courue, et les membres changèrent d’attitude vis-à-vis d’elle : elles commencèrent à lui parler, à l’inclure dans leurs matchs d’entraînement… ce qui ne plut pas à Yoshiko, qui voyait en cela une simple envie de manipulation. Alors elle répondait du bout des lèvres, et discutait rarement. [C’est à ce moment-là qu’elle commença à tomber amoureuse de Kikumaru et à se lasser de Tezuka.]

« Finalement, tu n’es pas si froide que tu ne le laisses paraître, Echizen ! »

Arriva enfin le milieu de l’année scolaire : c’était la période où la liste des meneurs de club devait être remise. Un délégué mis au courant de la situation du club débarqua avec cette fameuse liste et la remit au premier membre qui passa par-là, soit Sayuri. Il la chargea de dire aux autres qu’un délai était fixé : la fin de semaine.
Dans l’urgence, un vote à bulletin secret fut organisé… Asami et Keiko étaient fébriles dans l’attente des résultats et finalement, après une longue attente, ceux-ci tombèrent…

« Akashiya, 8 voix ; Yamada, 15 voix… »

Asami sauta de joie, en même temps que ses acolytes et se leva pour se mettre en valeur.

« … cependant, Echizen, qui n’était pas candidate, l’emporte avec 22 voix. »

A cette annonce, Yoshiko, qui était dans le fond de la salle, fit une tête d’étonnée. Asami, quant à elle, furieuse, quitta la salle, suivie en trombe par ses toutous.
« Ainsi, Echizen Yoshiko sera la meneuse du club, et par conséquent, capitaine du tennis club féminin ! »
Tous les membres présents l’applaudirent, mais Yoshiko resta sans voix pendant quelques minutes. Elle pensa d’abord à Tezuka qui avait été lui aussi promu au rang de capitaine il n’y a pas si longtemps… et se demanda ensuite si elle était faite pour le rôle, car elle n’avait jamais commandé personne.

« Au début, nous ne croyions pas en elle. » - Keiko.


Le lendemain, dotée de son nouveau rôle de capitaine, Yoshiko revint au club, toujours aussi timide. Les regards des membres avaient tous changés : de l’indifférence à un intérêt certain, d’une haine à l’admiration. Pour la première fois, un entraînement organisé a été mis en place, et la nouvelle (Yoshiko capitaine) ne se limita qu’au seul club. Cependant, Kumiko était au courant, et pendant l’heure de midi, alors qu’il y avait beaucoup de chahut dans la classe, elle se mit à crier dans la classe :

« Kyah, bravo pour ta promotion de capitaine, Yoshi-chan !!! »

A ce moment, le chahut cessa et tout le monde regarda les deux amies. Kumiko se sentit ridicule sur le coup alors elle se rassit, la tête baissée, et s’excusa du bout des lèvres. « Shhhht !! Personne n’est au courant pour l’instant, je vais être introduite en tant que capitaine officiellement la semaine prochaine, lors du rassemblement ! » S’empressa de dire Yoshiko à voix basse. « Mais en tout cas, merci. Je t’avoue que je ne m’y attendais pas… tu crois que Tezuka-kun va le prendre comment ? » Interrogea-t-elle. « Tezuka-kun ? Hm, il me semble que t’as réussi à te rapprocher de lui –plus ou moins- et que tu lui parles assez souvent non ? Alors je suppose qu’il devrait être… fier ? » Répondit Kumiko. Tezuka, fier ?! Pour une fille banale comme Yoshiko ? Non, impossible… bref, passons. Leurs autres camarades, quant à eux, s’attroupèrent autour de la table de Yoshiko, qui souffla d’exaspération. Ils l’inondèrent de questions, comme pour savoir comme elle avait pris la nouvelle, si ça ne la déstabilisait pas trop, etc. Elle joua le jeu et répondit à tout ça, sous l’œil bienveillant de Kumiko.

Les cours reprirent, et toute la journée, Yoshiko ne pensait qu’à la réaction de Tezuka, qu’elle redoutait un peu. En effet, comme ne pas douter d’une fille qui vient de débarquer, qui ne parlait à personne, et qui n’avait pas fait ses preuves ? A cette pensée, la jeune fille baissa la tête, son corps la guida tout seul aux courts de tennis. Cependant, elle ne remarqua pas qu’un jeune homme l’attendait, adossé au mur des vestiaires féminins. Encore la tête baissée, elle traça son chemin, soudainement attrapée au poignet par le jeune homme en question. Elle releva sa tête, et rougit violemment : c’était le garçon dont elle était tombée amoureuse il y a quelques temps, Kikumaru Eiji.

« K-K-Kikumaru-kun… ? Qu’est-ce qu’il y a… ?
- Je t’ai déjà demandée de m’appeler par mon prénom, non ?
- Oui mais…
- Mais ?
- C’est… embarrassant…
- Allez, essaie.
- Eiji…
- C’est bien ! Maintenant, tu m’appelleras comme ça, d’accord ?
- Oui… »


Embarrassée, mais néanmoins heureuse, Yoshiko sourit. Elle ne put cependant s’empêcher de penser à Tezuka… à sa réaction surtout. N’ayant personne à qui se confier, elle proposa à Kikumaru de la suivre pour aller s’assoir et discuter calmement : elle avait vraiment besoin de confier tout ce qui la tracassait !

« Ça tombe bien. Je voulais te parler moi aussi… »

La mine interrogative, elle se demanda ce dont il voulait lui parler. Et son expression grave l’inquiétait d’autant plus qu’elle ne l’avait jamais vu comme ça…
Arrivés près d’un banc, ils s’assirent tous les deux, le regard dans le vague. Il y eut un silence pesant… rapidement brisé par Kikumaru qui demanda ce dont elle voulait parler.

« Ça doit être assez grave, tu as l’air troublée. Tu sais que le sourire te va mieux ? »

Yoshiko répondit d’un ton grave, lui disant que ce n’était pas le moment de plaisanter. Et puis elle se lança : elle lui raconta tout, du moment où le club avait besoin d’un capitaine, les moqueries des autres membres, le vote à bulletin secret, et… le résultat.

« Je suis devenue le capitaine si soudainement… je ne sais pas ce que Tezuka-kun va penser. Je n’ai rien prouvé, il n’y a jamais eu de tournoi. Je me demande si je serais capable d’assumer ça à moi toute seule… »

A Kikumaru, elle n’avait pas peur de se confier comme ça, et de sortir tout ce qu’elle avait sur le cœur. Ils se connaissaient depuis la première année, et au début, elle le détestait. Mais à force de se retrouver seuls tous les deux, elle avait appris à l’apprécier… et à en venir à l’aimer.
Lui l’avait écoutée silencieusement et avec intérêt, les yeux remplis de tendresse… lorsqu’elle eut fini de parler, il lui sourit et lui pris les mains.

« Tu n’as pas à t’en faire ! C’est normal de stresser comme ça, mais tu verras, tout ira bien ! »

Elle voulait y croire. Et puis… rien que le fait de rester avec lui la réconfortait. Toujours le sourire aux lèvres, elle le remercia de son écoute, et lui demanda ce qu’il avait à lui dire. L’ambiance devenait soudainement… bizarre, comme si quelque chose allait arriver… enfin, une ambiance difficile à décrire quoi. Il se mit à rougir, baissa la tête et marmonna : « Non, rien… ». Avant de continuer, plus haut :

« Tu veux venir à la maison, ce week-end ? »

Toute contente, Yoshiko accepta. Il lui dit alors qu’il lui donnerait tous les détails par mail, puis partit. La jeune fille se sentait un peu déçue, elle s’attendait à quelque chose d’autre… mais elle mit cela de côté et partit elle aussi, chez elle.

[Le week-end passé de Yoshiko sera plus détaillé dans une autre fanfiction consacrée à Kikumaru et Yoshiko ! ;) Parce que c’est ce fameux week-end où ils vont commencer à sortir ensemble… et comme là, je raconte l’histoire du tennis club féminin, ce serait bête de la gâcher avec un autre truc… donc considérez pour la suite que Yoshi est en couple ! ]

Deux semaines plus tard, il a été décidé que le premier tournoi contre une équipe extérieure serait organisé pour le tennis club féminin. Yoshiko faisait donc face à sa première tâche en tant que capitaine : préparer le tournoi interne, pour déterminer les titulaires ! Pour l’aider dans sa tâche, un vice-capitaine a été nommé : Akashiya Keiko, puisqu’elle faisait partie des candidats au poste de capitaine mais qu’elle n’a pas été choisie à la majorité (Asami avait quant à elle déposé sa démission dès le lendemain de sa défaite, trop frustrée pour rester). Tezuka avait appris la nouvelle concernant Yoshiko par son introduction officielle lors du rassemblement.

« Dis-moi… tu veux pas être capitaine à ma place plutôt ? Tu es populaire, appréciée, sérieuse, et tu as fait tes preuves. En plus, tu voulais l’être, non ? Contrairement à moi…
- Qu’est-ce que tu racontes ? Les membres t’ont choisie à la majorité. Je ne suis là que pour te seconder. »


La semaine suivante, les matchs commencèrent, et la liste des titulaires commençait à apparaître. Entre temps, il y eut des transferts d’étudiants, et donc de nouvelles inscriptions : ce fut le cas des jumelles Haruyama et de Rika Dobashi. Celles-ci furent les premières à être inscrites dans la liste des titulaires. Elles avaient en effet joué un match d’essai, et avaient écrasé leurs adversaires !
Plus les jours avancèrent, plus les matchs étaient intenses, et on le sentait bien, tous les membres convoitaient une place de titulaire.
A la fin de la semaine, après la fin de tous les matchs, et une concertation avec Keiko, Yoshiko put enfin annoncer la composition des matchs, et le nom des titulaires :

« Natsuki & Akiko Haruyama, double 1 ; Hanako Yamanaka & Kazumi Nakajima, double 2 ; Rika Dobashi, simple 3 ; Keiko Akashiya, simple 2 et Echizen Yoshiko, simple 1 ! »

Ainsi, pour la première fois de son histoire, le tennis club féminin de Seigaku put participer à un tournoi. Tournoi qu’il gagna par ailleurs, faisait de lui un club populaire !
De par cette expérience concluante, le principal conclut qu’il en fallait plus, et il inscrivit le club à de nombreux tournois. Il y eut certes des défaites, mais elles servaient toujours à se relever plus fortes. Yoshiko dirigeait toujours seule le club avec Keiko… mais Ryûuzaki-sensei, compatissante, fit de son mieux pour trouver un coach… efforts qui payèrent car au bout de quelques semaines, un coach se présenta comme étant la sœur de Aoi Hanamura, coach de Josei Shonan : c’était Midori, sa jeune sœur, qui cherchait un club pour débuter.
L’admiration des membres et des titulaires les poussèrent à faire quelque chose tous les matins envers Yoshiko dès qu’elle entre dans le court : elles arrêtent toute activité pour s’incliner devant elle et lui dire bonjour (« Tchissu, Echizen-buchou ! »)

« On va devenir le meilleur club collégien du circuit féminin, girls ! » - Midori.

Entre temps, Yoshiko et ses comparses étaient entrées en troisième année. Cette année marqua d’ailleurs le transfert de Katsumi Sanzô Ryûuzaki, la cousine de Sakuno, de Miyuki Kimura et Sayuri Yoshikawa, qui furent introduites en tant que titulaires elles aussi.

Le tennis club féminin avait un avenir radieux l’attendant, et un seul but… gagner le tournoi national !!

~ Ce que pensent les titulaires de Yoshiko ~


« C’est grâce à Yoshiko si nous en sommes là. Elle peut parfois manquer de sérieux en tant que capitaine, mais tout ce qu’elle est nous donne de l’espoir. » - Keiko.

« Yoshiko est la meilleure capitaine de tous les temps ! Je l’adore ! » - Natsuki.

« Hm, c’est la seule à pouvoir nous différencier avec Natsuki… je la respecte pour ça. » - Akiko.

« Yoshi ? Au début, je ne voyais en elle qu’une rivale, mais je la vois maintenant comme une petite sœur. Tu es trop mignonne, Yoshi ! J’espère cependant que tes attributs féminins vont plus se développer, sinon Eiji va nous péter une durite… » - Katsumi.

« Echizen-buchou est ma fierté. A chaque fois que je m’entraîne, je ne pense qu’à la rendre fière de nous ! Et puis, ma cousine est totalement raide dingue d’elle alors… » - Hanako.

« Notre capitaine est digne de confiance. Je la respecte énormément. » - Rika.

« Raaah, Yoshi-chan est vraiment la plus jolie du collège ! Mais elle devrait plus se mettre en valeur. Elle a des atouts certains, c’est dommage… » - Kazumi.

« Yoshi-tan ? Nyah, ma capitaine ! Je l’adoooore !! Elle est vraiment trop mignonne ! » - Mariko.

« Probabilité que notre capitaine nous propulse au niveau national… 100%. Tu peux le faire capitaine, tu en es capable. » - Miyuki.

« J’adore les bentô de Yoshi-chan !! Elle cuisine super bien !! » - Sayuri.
Back to top Go down
View user profile
 
Histoire du tennis club féminin de Seigaku~
View previous topic View next topic Back to top 
Page 1 of 1
 Similar topics
-
» Le club des Tamalou
» Tennis - US Open - Hommes
» un manga...oui mais lequel??
» La préhistoire du Club des cinq
» Rui, du club Histoire et Légende (Torcy 77)

Permissions in this forum:You cannot reply to topics in this forum
Rule the court :: Autres-
Jump to: